Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doux leurre

Souffrir. Endurer. Subir. Être perclus... Autant de mots qui sont mon quotidien depuis maintenant plus de cinq mois. Bref, j'ai le dos bousillé. Les joies de la librairie et de ma qualité de fin de race qui a écoppé de toutes les tares génétiques de ses ancêtres. Cette situation devraient être relativement enrayée si demain je survis à mon arthrodèse L3-L4-L5-S1. Rien que ça.

Le fait est que quand on a la varicelle dans une moindre mesure ou que l'on suit une chimio dans un cas de figure plus tragique, votre mal est visible. Cette flagrance entraîne une reconnaissance, une prise en compte de vos maux par votre entourage. Et c'est bien ce que l'on attend quand votre corps vous lâche : de l'attention, du chouchoutage, de la compassion.

Mais certaines douleurs, comme la mienne, sont invisibles. De fait, quand elles ont tendance à s'éterniser, comme la mienne, les gens ont tendance à les minorer voire à les oublier. De fait, à la douleur physique s'ajoute une douleur psychique. Celle d'être incompris. Difficile de le reprocher aux autres quand on considère que la médecine n'a commencé à prendre en compte la douleur que récemment. Et pourtant...

Si l'on ajoute à cela le fait que vous vous empêchez de répéter en boucle "j'ai mal", que la douleur intense joue inévitablement sur le caractère, que l'entourage s'agace de vos sautes d'humeur qui ne sont pas un travers de caractère mais la simple expression de votre souffrance et que vous finissez par ne plus rien dire, vous vous sentez encore plus isolé.

On est seul dans la douleur.

Commentaires

  • En ce qui me concerne, c'est scoliose, syphose et hyperlordose. Quoiqu'il en soit tjs des noms à coucher dehors pour définir un corps en kit dont on retrouvera jms le boulon manquant et qui s'amusera éternellement à nous faire chier.
    Bref, ce petit mot, non pour raconter ma vie mais juste pour te dire que tu n'es pas seule dans cette douleur invisible qui nous fait passer pour des chochottes fossilisées avant l'âge et que je t'envoie toute mon empathie. Courage à toi et si tu veux échanger là dessus avec quelqu'un qui connait le sujet, hésite pas à venir me voir ^^
    :* (et j'aime tjs autant lire tes chroniques littéraires!)

  • Je découvre ton blog via tes chroniques littéraires, mais ce soir, c'est dans un autre domaine, donc, que je te souhaite bon courage...

  • Merci Lili pour ces encouragements et bon courage à toi également. Je me remets doucement et la position assise est toujours délicate d'où une absence prolongée derrière mon ordi et par conséquent sur mon blog. Mais je me mets en contact avec toi au plus vite pour échanger sur nos sujets de prédilection ou de malédiction ;) Biz.

  • Merci tout plein et à très bientôt j'espère :)

Les commentaires sont fermés.