Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rich boy de Sharon Pomerantz

culture,littérature,livre,roman,etats-unis,usaEditions Flammarion - 493 pages

Présentation de l'éditeur : Robert Vishniak est l'enfant chéri d'Oxford Circle, un quartier juif ouvrier de Philadelphie. Beau garçon et intelligent, il pénètre dans le monde fermé des universités de la Nouvelle-Angleterre, où les rejetons de familles riches et influentes côtoient des élèves d'origine plus modeste comme Robert qui doivent travailler pour acheter leurs livres. Cet univers lui ouvre les portes des plus hautes sphères de la société new-yorkaise des années soixante, où tout ce que Robert a appris sur les femmes, la séduction et les peines de coeur s'avère payant. Fresque magistrale sur la lutte des classes, des sexes et des sentiments, Rich boy regarde en face notre désir de réussite et de rédemption, et le prix que nous devons payer pour y arriver. Après Fitzgerald et Gatsby, Bellow et Augie March, Wolfe et son Bûcher des vanités, Sharon Pomerantz dépeint à son tour Manhattan avec toute son avarice, son ambition, son snobisme, ses passions, ses aspirations et son aveuglement. "Ce formidable roman expose les vérités cachées et les hypocrisies contenues dans les notions de classe sociale, d'identité, et dans l'expérience typiquement américaine du self-made man." Booklist

Les auteurs américains n'ont vraiment pas leur pareil pour transcender des sujets usés jusqu'à la moelle. C'est donc captivée du début jusqu'à la fin que j'ai revisité les thèmes du rêve américain, de l'initiation sexuelle et sociale d'un jeune garçon, de la lutte des classes, de l'antisémitisme, de la famille, de la compartimentation de la société américaine, du fric du fric du fric, etc.

Au travers de la vie pour le moins bouleversée et bouleversante de Robert Vishniak, l'on observe sous différents angles le très particulier système américain et l'on s'interroge sur la poursuite d'un bonheur au critères prédéfinis sans prendre en compte l'individualité. Pour l'auteur, qu'on le veuille ou non, l'on n'échappe jamais à ses origines ni aux schémas formatés de la société, particulièrement états-unienne. De quoi réfléchir, nous faire rêver, nous désenchanter mais nous faire sourire malgré tout. Un très beau texte, une vie passionnante, des rebondissements palpitants.

Je suis définitivement une inconditionnelle de la littérature américaine.

Les commentaires sont fermés.