Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh | Page d'accueil | Rentrée littéraire : Le chiffre des soeurs d'Antoine Piazza »

03/01/2012

Rentrée littéraire : Meurtres au manoir de Willa Marsh

culture,littérature,livre,roman,rentrée littéraire,angleterreA paraître le 4 janvier 2012

Editions Autrement - 275 pages

Présentation de l'éditeur : « — Apparemment, dit-elle lentement, Thomas ne sera plus en mesure de… vous savez… Je n’aurai peut-être jamais d’enfant. Les tantes s’empressent de la rassurer : — Inutile de compter les poulets avant que les oeufs n’éclosent, conseille tante Gwyneth, tout en remplissant sa tasse de café chaud. — Il y a plus de manières de tuer un chat qu’en le noyant dans la crème, ajoute tante Olwen en faisant tourner les sablés. Soyez patiente. Vous verrez bien. Clarissa a l’étrange impression que quelque chose d’immense vient d’être suggéré. Elle regarde les tantes qui la toisent de leurs yeux luisants d’une étrange et intelligente lueur. » Clarissa s'ennuie à Londres et sa vie sentimentale est un catastrophe. Thomas est un veuf encore jeune, héritier d'un délicieux manoir Tudor. Le mari idéal, ou presque : il habite avec ses deux vieilles tantes, Olwen et Gwyneth. Elles ont l'air plutôt inoffensives, avec leur jupe en laine et leurs croquenots... Qui oserait soupçonner ces deux adorables vieilles chouettes de manigances diaboliques ?

Première lecture du cru 2012. Pas désagréable mais pas franchement convaincante. J'ai apprécié la mise en scène so british d'intrigantes cherchant à se faire épouser par le meilleur parti qui soit, traitée d'une manière n'étant pas sans rappeler certains personnages de ma chère Jane Austen, en particulier Lady Susan. Par la suite, mon intérêt est resté captivé par la tournure quasi fantastique du récit. Malheureusement, j'ai trouvé le traitement de cette dimension pas tout à fait abouti et le final un peu en eau de boudin. Ma préférence reste définitivement au rationnel. Je reconnais toutefois à l'auteur le mérite de faire virer son récit dans des directions assez inattendues ; ce qui est probablement la raison pour laquelle je n'ai pas abandonné ma lecture.

17:43 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature anglaise, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.