Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le goût du paradis de Nine Antico

le goût du paradis.jpgEditions Les Requins Marteaux - 102 pages

Présentation de l'éditeur : Sélectionné pour le prix du meilleur premier album à Angoulême en 2009, l'ouvrage pourrait se lire comme une version moderne des Mémoires d'une jeune fille rangée, transposées dans une banlieue du 93. Comment trouver sa place quand on est une gentille fille à papa, blanche de surcroît, tiraillée entre sa bonne éducation et une fascination voluptueuse pour les petits caïds de la cité ? Il y a d'abord la petite fille qui se rêve en femme et « fait la drague contre l'arbre » de la cour d'école. Puis vient l'adolescente qui s'ennuie ferme le dimanche en famille, préoccupée par les garçons, la boom de Soizic et les moyens pour gagner l'amitié de Nanou, la fille charismatique du lycée. C'est tout une époque, celle des années 90, qui jaillit de cette joyeuse effervescence de culture populaire et urbaine, où sont convoqués, pêle-mêle, le tiercé de Guy Lux, Hélène et les garçons, Barbie, les dimanches de Jacques Martin, Carlos et Rondo Véneziano... Nine Antico nous charme par une écriture inventive et un sens aigu de la saynète, percutante et souvent hilarante. Son dessin tout en rondeurs et arabesques, qui évoque plus qu'il ne fige, trouve sa singularité dans la parfaite synthèse entre le rétro de la belle époque, l'art urbain des tags, le psychédélisme des seventies et la sensualité onirique d'un Guido Crepax.

Je n'irai pas par quatre chemins, je n'ai pas du tout aimé lire cette bd. Autant, suite à la recommandation de Pénélope Bagieu, j'avais été infiniment séduite par le Vacance de Cati Baur, autant l'emphase de Mademoiselle Jolicoeur concernant Le goût du paradis me semble un poil exagérée.

Alors certes, l'on se reconnaît dans nombre des épisodes adolescents enfantins/adolescents de l'auteur mais je n'ai pas du tout adhéré au style. Si je n'ai rien à dire concernant le dessin - même si je ne peux pas dire que j'adore -, il y a à mon goût un gros gros travail à faire du côté du texte.

Les commentaires sont fermés.