Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rentrée littéraire : Joueur_1 de Douglas Coupland

joueur_1.jpgEditions Au Diable Vauvert - 312 pages

Présentation de l'éditeur : Un roman qui se déroule en cinq heures, où l'on suit en temps réel un cataclysme mondial depuis le bar d'un aéroport. Cinq personnages y sont bloqués : Karen, mère célibataire qui attend un rendez-vous pris sur internet ; Rick, le barman ; Luke, pasteur en cavale ; Rachel, blonde incapable de vrais contacts humains, et enfin une voix mystérieuse, Joueur_1. Pendant que le monde s'achève sous leurs yeux, chacun révèle sa propre vérité... Dans la tradition de Kurt Vonnegut et de J.-G. Ballard, Coupland explore avec son humour habituel les crises contemporaines et s'interroge sur l'espèce humaine, la société et l'au-delà, dans un roman court et drôle, lumineuse expression de ses thèmes fondateurs.

Après Les morues de Titiou Lecoq, Au Diable Vauvert semble confirmer avec Joueur_1 un parti pris éditorial résolument moderne, le choix d'une littérature incontestablement ancrée dans son époque.

Nous est proposé ici un huis clos atypique aux personnages décalés. Les dialogues comme les réflexions des protagonistes sont inattendus, quasi surréalistes et l'on ne lâche pas le livre pour savoir enfin où l'auteur va nous trimballer. Mais il faut bien le dire, derrière les envolées philo, socio, éco, etc. et les références en tous genres qui fusent sans interruption, laissant paraître un rythme effrené, il ne se passe pas grand chose, l'on ne voit pas bien l'intérêt du mystérieux Joueur_1 et le final un peu métaphysique sur les bords ne convaint pas vraiment. Pour autant, l'originalité l'emporte et le moment de lecture est très agréable.

Les commentaires sont fermés.