Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rentrée littéraire : Freedom de Jonathan Franzen

Editions de l'Olivier - 718 pagesculture,rentrée littéraire,littérature,livre,roman,usa,etats-unis

Présentation de l'éditeur : Patty a décidé une fois pour toutes d’être la femme idéale. Mère parfaite, épouse aimante et dévouée, cette ex-basketteuse ayant un faible pour les bad boys a fait, en l’épousant, le bonheur de Walter Berglund, de St. Paul (Minnesota). A eux deux, ils forment le couple « bobo » par excellence. En devenant madame Berglund, Patty a renoncé à bien des choses, et d’abord à son amour de jeunesse, Richard Katz, un rocker dylanien qui se trouve être aussi le meilleur ami de Walter. Freedom raconte l’histoire de ce trio, et capture le climat émotionnel, politique et moral des Etats-Unis de ces 30 dernières années, dans une tragi-comédie d’une incroyable virtuosité. Comment vivre ? Comment s’orienter dans une époque qui semble devenue folle ? Jonathan Franzen relève le défi et tente de répondre à cette question, avec cette histoire d’un mariage d’une implacable cruauté. Freedom a bénéficié dès sa sortie d’une rumeur très favorable, et même avant, lorsque le magazine TIME daté du 23 août a consacré sa couverture à Jonathan Franzen (cela faisait tout juste 10 ans qu’un écrivain avait connu une telle visibilité). La presse a tout de suite embrayé, avec des comptes-rendus enthousiastes, notamment Michiko Kakutani, la redoutée critique du New York Times. Et Oprah Winfrey a (finalement !) invité l’auteur à son show, qui est l’émission la plus regardée aux U.S.A.

Voilà la fresque familiale de cette rentrée littéraire 2011 à ne pas manquer. Au travers de l'histoire de trois générations d'une famille en perdition, Jonathan Franzen nous plonge en filigrane au coeur de l'histoire américaine avec toutes ses contradictions, ses compromis et ses désillusions. C'est certainement le portrait sans concession le plus dénonciateur sur les Etats-Unis qui ait été écrit depuis longtemps. Des personnages complexes, une précision chirurgicale pour décortiquer les idéaux et les états d'âme donnent à ce roman toute sa profondeur. Car Freedom est moins l'étendard américain que le cri du coeur des ces Américains qui luttent dans un système étouffant pour accomplir leur destin et réussir dans cette quête du bonheur bien difficile. Définitivement incontournable.

Les commentaires sont fermés.