Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rentrée littéraire : Tuer le père d'Amélie Nothomb

Editions Albin Michel - 150 pagestuer le père.jpg

Présentation de l'éditeur : Allez savoir ce qui se passe dans la tête d'un joueur.

Voilà bien longtemps que je n'avais pas lu un Nothomb. Ma déception au fil des lectures à laquelle s'était ajouté un agacement certain face au systématisme des parutions m'avaient convaincue d'abandonner cette auteur. Une jolie couverture, un titre qui interpelle et une présentation concise et intrigante ont su me faire fléchir.

Bilan ? Je crois pouvoir affirmer cette fois-ci définitivement que Tuer le père était bel et bien le dernier. Certes, c'est bien écrit, ça se lit facilement. Comme son titre l'indique, il s'agit d'une histoire d'oedipe sordide. Mais comme toujours, une heure de lecture suffit à en faire le tour et l'on est dans le sempiternel glauque-sombre-délirant. Je ne comprends franchement pas pourquoi cette littérature soulève les foules. Je n'y vois pour ma part qu'une recette bien maîtrisée, sans grande consistance, qu'on met à toutes les sauces au goût du jour.

Commentaires

  • J'en lis du bon (par les inconditionnels) et du mauvais. J'ai un peu lâché prise et le lirai s'il est à la bibli, mais je ne l'achèterai pas pour une petite heure de lecture.

  • Oui 16 euros, c'est vraiment cher payé pour si peu de divertissement. Mieux vaut effectivement les garder pour un meilleur investissement :)

  • Ah enfin, une vue saine sur cette auteur dont je n'ai lu que "Stupeur et tremblement", cette entreprise hautement narcissique nourrie du mépris des autres et d'un brin de perversion bien à la mode

  • Moi qui pensais me faire huer, je suis rassurée. Merci :) c'est vrai que c'est assez navrant, un véritable opportunisme littéraire...

  • J'ai bien aimé, même si je peux comprendre que tu sois dubitatif devant le succès phénoménal de l'auteure. Il est vrai que ce roman, une nouvelle fois, ne rentrera pas dans les annales, mais je l'ai quand même apprécié: je l'ai trouvé agréable et assez prenant. Une bonne lecture de mon point de vue.

  • Mais c'est exactement tout ce qu'il y a d'exaspérant avec Amélie Nothomb : ça se lit bien, ce n'est pas désagréable mais ça n'a rien de révolutionnaire, c'est un peu facile et quand même très léger. Alors pourquoi tant de bruit pour rien ?

Les commentaires sont fermés.