Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rentrée littéraire : L'histoire de l'Histoire d'Ida Hattemer-Higgins | Page d'accueil | Rentrée littéraire : Tuer le père d'Amélie Nothomb »

22/08/2011

Rentrée littéraire : Les vieux fous de Mathieu Belezi

culture,littérature,livre,roman,histoire,rentrée littéraire,algérieA paraître le 24 août 2011

Editions Flammarion - 432 pages

Présentation de l'éditeur : Aux derniers jours du règne colonial, Albert Vandel n'a renoncé à rien. Il a la nostalgie du temps des pionniers, des conquêtes algériennes, quand, à la tête d'un bataillon de zéphyrs, il donnait son sang et son âme pour civiliser les peuples, pacifier les territoires. Pourquoi renoncerait-il? Puisque les ors de la République lui ont permis d'étendre son pouvoir au fur et à mesure qu'il convertissait des contrées arides en inépuisables richesses ; puisque les Présidents et autres ministres de la France républicaine ont honoré cent années durant les ortolans de sa table. Barricadé dans son bordj avec les derniers grands colons d'Algérie, Albert Vandel devient fou comme un roi qui se meurt. Avec ce nouveau roman, Mathieu Belezi puise dans toutes les ressources d'une langue prophétique pour remuer les entrailles d'une mémoire obscène que certains préfèreraient oublier.

Abandon en page 162. Cette plongée dans les pensées et les agissements d'un colon en terre algérienne qui refuse la chute de son empire est certes bien écrit mais vraiment trop déprimante, pour ne pas dire à vomir. Je me suis vue contrainte d'abandonner ma lecture tant le soliloque d'un bourreau s'enorgueillissant de ses crimes et de son "bon droit" me révulsait. En ce sens, l'auteur fait mouche, mais difficile d'apprécier un exploit d'écriture visant à se mettre dans le peau de l'indéfendable quand celui-ci vous donne la nausée. Un tel éclairage sur une bien triste période de l'histoire est-il vraiment encore nécessaire ?

15:10 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature française, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | | Pin it!

Commentaires

J'ai trouvé pour ma part ce roman très intéressant, un point de vue original sur une histoire que l'on voudrait trop souvent oublier. Un style mêlant récit historique et farce burlesque, quand on sait que le narrateur est une représentation pantagruélique et ubuesque de la fièvre coloniale française, incarnation de l'histoire centenaire de l'Algérie française. J'ai rit (noir), j'ai ressentit de la répulsion. Pour ma part j'ai pris ce livre comme un témoignage de l'horrible. L'histoire du personnage d'Albert Vandel n'étant qu'un prétexte et non une fin en soi. Je n'y ai pas trouvé le simple mémoire d'un colon mais la dénonciation d'une idéologie.
Une écriture parfois poétique, parfois dure, qui demande une certaine prise de recul. Les Vieux Fous choque et c'est fait pour ça; que l'on se rappelle de la folie de ces hommes qui n'avaient pas leur place en ces terres sableuses, de la vanité de ces rêves de grandeur, comme les pendules que Vandel s’obstine à faire fonctionner à la grande heure française dont les rouages ne supportent le climat, les grains de sables... Tout cela sous le regard moqueur, interrogateur des hirondelles du désert.

Écrit par : Amaury | 12/09/2011

Répondre à ce commentaire

Une très belle analyse en parfaite adéquation avec le texte. Mais vraiment, je n'ai pas pu soutenir certaines scènes. Je ne suis pas persuadée que la littérature ait un sexe mais j'aurais tendance à dire que ce roman séduira davantage un public masculin.

Écrit par : charlotte à Amaury | 13/09/2011

Répondre à ce commentaire

Il y a en effet des scènes difficiles à lire, notamment en ce qui concerne le viol.
Même en temps que lecteur j'ai ressenti de la revulsion.
Je n'imagine pas ce livre entre les mains d'une femme, mais pourquoi pas?

Écrit par : Amaury | 20/09/2011

Oui ces scène sont particulièrement éprouvantes... Et je crois que l'on peut faire part de l'horreur sans être aussi précis que dans ce texte. C'est vraiment dérangeant.

Écrit par : charlotte à Amaury | 02/10/2011

Répondre à ce commentaire

Eh bien moi j'ai très envie de le lire ce livre malgré les scènes difficiles. Je m'intéresse beaucoup à l'Algérie à l'époque coloniale.
C'est juste le prix du livre qui me rebute.

Écrit par : Aaliz | 04/10/2011

Répondre à ce commentaire

Oui les grands formats sont un luxe. A se faire offrir ou patienter une petite année pour la sortie poche...

Écrit par : charlotte à Aaliz | 05/10/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.