Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rentrée littéraire : Ces âmes chagrines de Léonora Miano

ces âmes chagrines.jpgA paraître le 18 août 2011

Editions Plon - 289 pages

Présentation de l'éditeur : Né dans l’Hexagone, Antoine Kingué, dit Snow, n’arrive pas à surmonter la rancœur qu’il nourrit envers sa mère, coupable de ne l’avoir pas assez aimé. Elle l’a laissé en pension alors qu’il n’avait que sept ans et envoyé passer les grandes vacances seul au Mboasu, ce pays subsaharien où il ne s’est jamais senti à sa place. Par ailleurs, il est persuadé que son frère Maxime a reçu plus d’affection que lui. Pour se venger de cette enfance malheureuse, Snow fait payer ceux qui l’ont fait souffrir, rêve de devenir une vedette adulée, une star dont la vie serait enfin brillante et facile. Quand son frère lui annonce son retour au pays avec leur mère, Snow voit son univers s’effondrer. Sans plus personne sur qui passer sa rage, il se retrouve face à lui-même…

Et un roman excellent de plus de la rentrée littéraire 2011, un ! Léonora Miano nous propose avec talent l'histoire d'un homme en mal de racines, en mal d'amour et ce pour deux raisons : l'histoire de sa propre famille et l'histoire de ses origines afropéennes. Des thématiques qui m'ont quelque peu rappelé le Bamako Climax d'Elizabeth Tchoungui quoique dans un tout autre style ainsi que Le journal de mon père de Jirô Taniguchi pour ce qui est des perceptions émotionnelles parfois très relatives sur lesquelles on se bâtit mais qui n'en font pas moins le vrai soi. L'auteur nous démontre avec talent que la dureté voire la méchanceté humaine sont parfois excusables et en rien définitives et nous offre un formidable message d'optimisme quant à la non inexorabilité du mal-être quand on cherche sa place et que l'on est envahit par la colère.

L'interview de l'auteur à propos de Ces âmes chagrines.

Les commentaires sont fermés.