Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rentrée littéraire : Mondial Nomade de Philippe Pollet-Villard | Page d'accueil | I am sterdam »

19/07/2011

Rentrée littéraire : Stoner de John Williams

stoner.jpgA paraître le 31 août 2011

Editions Le Dilettante

Présentation de l'éditeur : Né pauvre dans une ferme du Missouri en 1891, le jeune William Stoner est envoyé à l’université par son père, et au prix de quels sacrifices, pour y étudier l’agronomie. Délaissant peu à peu ses cours de traitement des sols, ce garçon solitaire découvre les auteurs, la poésie et le monde de l’esprit. Il déçoit les siens, devient professeur, se voue corps et âme à la littérature, sert ses étudiants, assiste impuissant aux ravages causés par une terrible crise économique et deux guerres mondiales, se trompe d’histoire d’amour et finit par renoncer au bonheur. Tout cela l’entame, mais rien ne le diminue : il lit. Célébration d’une âme droite enchâssée dans un corps que la vie a très tôt voûté, voilà le récit d’une vie austère en apparence, ardente en secret. « Au cours de sa quarante-troisième année, William Stoner apprit ce que d’autres, bien plus jeunes, avaient compris avant lui : que la personne que l’on aime en premier n’est pas celle que l’on aime en dernier et que l’amour n’est pas une fin en soi, mais un cheminement grâce auquel un être humain apprend à en connaître un autre ».

De l'agacement. Voilà exactement la sensation provoquée à la lecture de ce roman américain traduit par Anna Gavalda herself. En fait, le sentiment d'exaspération est comparable à celui inspiré par Portrait de femme d'Henry James. Pour autant, l'on va jusqu'au bout, en se disant que bon sang de bonsoir, le héros va finir par réagir, ruer dans les brancards, tout envoyer valdinguer. Mais non. C'est le côté agaçant. Malgré tout, l'on ne peut s'empêcher d'être captivé - du moins ce fut mon cas - par cette existence sacrifiée, ce gâchis annoncé. Mais dans le genre, rien ne peut rivaliser avec Tess d'Urberville de Thomas Hardy ; définitivement. Une lecture un peu plombante pas du genre réjouissante.

08:20 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature américaine, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it!

Commentaires

Un roman qui m'a ennuyé...

Écrit par : Nico | 06/02/2012

Répondre à ce commentaire

C'est terrible hein cette espèce de révolte intérieure que procure cette lecture et cette envie incontrôlable de vouloir secouer le protagoniste. Disons que le texte à le mérite de susciter des émotions, ce qui reste toujours mieux que l'indifférence ;)

Écrit par : charlotte à Nico | 26/03/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.