Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chronique amoureuse #19 | Page d'accueil | Love le tigre de Frédéric Brrémaud et Federico Bertolucci »

17/05/2011

La vieille dame qui n'avais jamais joué au tennis de Zidrou

la vieille dame....jpgEditions Dupuis - 125 pages

Présentation de l'éditeur : Du moment qu'on rit des choses, elles ne sont plus dangereuses." affirmait Raymond Devos. Comme tous les gens qui savent nous faire rire de nous-même, Benoît Zidrou connaît le poids des choses, la gravité de la vie. En 1997, Philippe Delerm rencontrait un immense succès avec "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules". L'évocation simple de petits plaisirs suffisait à lui ouvrir le coeur de milliers de lecteurs. Benoît Zidrou nous invite à un voyage similaire avec les gens qui nous entourent. Qui ose faire connaissance avec la vieille dame d'en face ? Sait-on qu'elle rêve de jouer sur le court central de Roland Garros ? Qui peut dire que cet homme gris et triste, qui a laissé un fossé se creuser entre lui et ses enfants, sera le premier qui prendra dans ses bras ce petit bout d'homme au corps déformé par la maladie ? Pour mettre en scène ses quinze nouvelles, Benoît Zidrou a cherché des auteurs sachant manier la bonne dose de réalisme et l'expressivité requise pour être toujours juste : un talent qu'on retrouvait chez tous les auteurs de l'école de Marcinelle (Franquin, Morris, Will...). Les neuf dessinatrices et dessinateurs rassemblés ici (Colombo, Cordoba, Gili, Homs, Hureau, Lafebre, Sempere, Siri, Van Beughen) ont tous cette qualité propre aux grands auteurs de BD : leurs histoires prennent vie sous nos yeux. On les lit la larme à l'oeil et le sourire aux lèvres. On connaissait Benoît Zidrou pour son talent de gagman, on peut désormais savourer son sens de la vie.

Cette bande dessinée est le parfait opposé des Fables amères de Chabouté. Non pas d'un point de vue qualitatif puisque ces deux ouvrages sont absolument magnifiques, d'une justesse troublante, mais d'un point de vue de la finalité. Si Chabouté tentait de faire passer le malaise de certaines situations, de créer le pincement de coeur qui serait peut-être à l'origine d'une remise en question, Zidrou cherche simplement avec ces nouvelles à mettre du baume au coeur. Et ça fonctionne. C'est bon, c'est chaud, c'est doux, ça fait du bien. La lecture idéale pour mettre un peu de soleil dans les ciels gris.

08:28 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Culture, Littérature française, Livre, Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.