Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nanami de Nauriel, Corbeyran et Amélie Sarn

Editions Dargaud

Tome 1 - Le théâtre du vent - 82 pages

Tome 2 - L'inconnu - 80 pages

Tome 3 - Je crois que je t'aime - 47 pages

Tome 4 - Le prince noir - 64 pages

Présentation de l'éditeur : Après la découverte d'un livre étrange et dangereux, Nanami n'a plus qu'une idée en tête : le rendre à son propriétaire. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance d'Allessandro, prof de théâtre aveugle, et de l'effrayante bande des Black Rose. Cette rencontre va l'entraîner dans un monde mystérieux, un monde sur lequel elle a un pouvoir qu'elle ne soupçonne pas...

nanami.jpgnanami 2.jpg

nanami 3.jpgnanami 4.jpg

Voilà typiquement le genre de série super sympa, dont l'histoire me captive et me tient en haleine mais que je n'ai absolument pas envie d'encenser. Non mais c'est vrai, sous prétexte que je suis prise par l'histoire et que je veux absolument savoir comment ça va évoluer et comment ça va finir, je devrais attendre sagement sans faire part de mon agacement à l'égard des auteurs ?

Sans déconner, maintenant c'est quasiment systématique dans l'univers bédé. Exit les one shot, on fait traîner en longueur en nous servant des séries interminables. Sauf que moi je dis, si c'est possible de faire patienter au moins un an un lecteur pour un pavé de 600 pages, en BD c'est no way vu que tu mets tout au plus une heure pour la lire. Ben là c'est pas un an que l'on patiente pour Nanami : premier album, 2006 ; quatrième album, 2011 et c'est même pas la fin ! Sans blague, moi je dis : au boulot les feignasses quoi !

Si l'on note la présence de Corbeyran (que j'ai beaucoup aimé également dans Metronom' et Sept jours pour une éternité) sur les trois premiers albums, son absence sur le quatrième peut laisser penser à un désaccord sur l'évolution de l'histoire et que son abandon du projet entraîne une véritable galère scénaristique pour conclure d'où six looooongues années pour une histoire inachevée.

Donc bon ben Corbeyran reviens ! Ou Nauriel et Sarn, lâchez-vous !

... Mais vite !

Les commentaires sont fermés.