Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le dernier amour de Valeria de Marc Fitten

Editions Flammarion - 307 pagesculture,littérature,livre,roman,etats-unis

Présentation de l'éditeur : Valeria s'ennuie ferme dans son petit village de Hongrie. Langue de vipère mais pleine de bons sens, cette vieille fille acariâtre a beau critiquer sans relâche ses bons à rien de voisins et terroriser les vendeuses du marché, elle sent bien que quelque chose manque à sa vie. Le jour où elle croise un bel homme d'âge mûr aux moustaches attrayantes, elle décide de se laisser emporter par la passion - précipitant une suite d'événements qui mettront le village sens dessus dessous. Peuplé de paysans roublards, de commères et d'ivrognes débonnaires, ce conte philosophique enlevé nous apprend que l'amour n'a pas d'âge et que le bonheur tient à peu de choses. Avec Valeria, tout le monde en prend pour son grade : communistes, capitalistes, villageois paresseux et politiciens véreux. Sa férocité mais surtout sa découverte de la passion amoureuse et charnelle font de cette paysanne hongroise un personnage inoubliable. Plein d'humour et d'esprit, le premier roman de Marc Fitten nous entraîne dans une sarabande effrénée de disputes et de quiproquos savoureux, mis en scène à la manière loufoque et décalée d'un Emir Kusturica.

Mouais. Je suis allée jusqu'au bout, ce n'est donc pas complètement nul mais bon, sans plus. C'est certes décalé mais pas franchement poilant. Plutôt absurde. Les personnages ne sont pas vraiment attachants, les événements ne sont pas vraiment touchants. En fait, rien n'est tout-à-fait abouti.

Non incontournable donc.

Les commentaires sont fermés.