Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'écologie en bas de chez moi de Iegor Gran

l'écologie en bas de chez moi.jpgEditions POL - 185 pages

Présentation de l'éditeur : Un voisin durable, c'est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j'en fasse autant. Une amitié durable, c'est une amitié où l'on ne met pas en danger l'avenir de la planète, même en paroles. On évite d'aborder les sujets qui fâchent. On gobe le discours moralisateur avec le sourire. On accepte l'opportunisme marchand en ouvrant son portefeuille. On se garde de penser sans gourou, sans nounou. On se retient. Ce livre raconte comment je ne me suis pas retenu.

Les enragés de la cause environnementale ne manqueront pas de faire une syncope à la lecture de ce texte. Pour les plus modérés, ce texte sera plein de vérités quoique vaguement réac' et pour les écolo-sceptiques complets, sans doute l'équivalent d'une holly baïbeul. Mais aucun public ne pourra contester que l'auteur pratique tout sauf la langue de bois. Si, a priori, le feuillettement promet une lecture rebutante - il y a autant de notes de bas de page que de texte -, il n'en est rien. C'est très bien écrit et les a parte n'en sont pas vraiment et s'intègrent donc parfaitement dans la lecture. L'ensemble paraît bien documenté, l'on apprend plein de choses et l'on commence à relativiser ou l'on continue (selon). Malgré tout, le dernier tiers s'essoufle un peu.

Extrait :

Le prurit est une affaire de riches. Ceux dont les besoins élémentaires ne sont pas satisfaits ont d'autres priorités, n'en déplaise à Vincent. Ils sont dans l'entreprenariat de la survie. Quand ce n'est pas la nourriture qui manque, c'est le travail décent. Ou la sécurité élémentaire : ne pas se faire tuer. Trouver un toit. Une éducation pour les enfants, c'est déjà un luxe. Quand on ne sait pas ce que l'on va manger dans un mois, la planète, on s'en tape comme de l'an quarante, et l'on a raison.

...

La surpopulation menace? L'humain pullule. Le vénérable commandant Cousteau lui-même l'a dit à l'époque : "Je voudrais que l'on réduise le nombre d'humains à 600 ou 700 millions d'un coup de baguette magique".

Les commentaires sont fermés.