Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tricheuses et Vénéneuses d'Anna Godbersen | Page d'accueil | Les grandes espérances du jeune Bedlam de George Hagen »

25/04/2011

Le journal de mon père de Jirô Taniguchi

Editions Casterman - 274 pagesculture,littérature,bande dessinée,BD,manga,biographie,japon

Présentation de l'éditeur : Contrairement à l’impression suggérée par son titre, Le Journal de mon père n’est pas un récit autobiographique. Jirô Taniguchi a simplement “planté” son scénario à Tottori, sa ville natale, où il a tant de repères et de souvenirs. Le héros de cette histoire s’appelle Yoichi Yamashita et travaille à Tokyo dans une agence de design. Apprenant la mort de son père, il revient après une très longue absence à Tottori, la ville qui l’a vu grandir. Au cours d’une veillée funèbre très arrosée, le passé des années 50 et 60 ressurgit : l’incendie qui a ravagé la ville et la maison familiale, le dur labeur pour la reconstruction, le divorce de ses parents, ses souffrances d’enfant… Lors de cette veillée, chaque membre de la famille apporte un éclairage nouveau sur la personnalité de ce père que Yoichi tenait jusque-là pour responsable du désastre familial. Le fils réalise finalement, mais trop tard, qu’il a sans doute été le seul responsable de leur douloureuse incompréhension.

Après le subjugant Quartier lointain, je me suis replongée avec excitation dans l'oeuvre de Taniguchi, espérant bien ne pas être déçue dans ma seconde impression. Verdict ? Monsieur Jirô Taniguchi est le maître incontesté du souvenir, de la nostalgie, de la mélancolie, de l'hommage.

Sous des airs autobiographiques (seuls les lieux et temps de retour sont issus de la vie de l'auteur), le mangaka nous entraîne sur les pas d'un homme qui ne revient sur les lieux de son enfance qu'à la mort de son père. Ce père qu'il a fuit et pour lequel il a entretenu de la rancoeur pendant toutes ces années de séparation. Mais pendant la veillée, la famille et les amis du père offre un nouvel éclairage sur l'homme et sur l'histoire familiale au fils. Une découverte tardive d'autant plus émouvante.

Comme dans Quartier lointain et sans air moralisateur aucun, Taniguchi nous amène à réfléchir sur notre existence et à repenser notre passé pour, peut-être, mieux envisager notre avenir.

08:37 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Bio/autobiographie, Culture, Littérature japonaise, Livre, Manga, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.