Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'homme qui s'est perdu de Francesc Trabal | Page d'accueil | Zona frigida de Anne B. Ragde »

02/03/2011

Quatre jours en mars de Jens Christian Grøndhal

quatre jours en mars.jpgEditions Gallimard - 437 pages

Présentation de l'éditeur : Les meilleures années appartiennent-elles toujours au passé ? En est-on responsable ? Ces questions viennent hanter Ingrid Dreyer, architecte et mère divorcée, au cours de quatre jours dramatiques, où plus rien ne se révèle être comme elle le croit. Lorsque son fils adolescent est arrêté pour des actes de violence, lorsque sa relation à un homme plus âgé et marié prend un tour inattendu, elle replonge dans les souvenirs de sa jeunesse solitaire et de son mariage raté, afin de tenter de comprendre pourquoi sa vie commence à ressembler à une impasse. Ingrid Dreyer est-elle condamnée à reproduire les comportements, les lubies et les erreurs de sa mère ou de sa grand-mère, femme de lettres qui a connu jadis son heure de gloire ? Les histoires de ces femmes ne sont-elles que les variations d'un même thème et d'un même drame ? Après "Sous un autre jour" et "Les mains rouges", Jens Christian Grondahl propose ici un nouveau portrait de femme de notre temps, avec cette profondeur psychologique et cette maîtrise stylistique qui sont la marque du grand écrivain danois.

Abandon en page 62. Si la quatrième de couv' avait su éveiller ma curiosité, impossible de plonger dans l'histoire. Quelque 400 pages pour raconter quatre jours, autant dire que l'action est lentissime et pour cause : chaque mouvement de la protagoniste la renvoit à son passé qu'elle analyse. Une quasi narration exclusive du passé et une action présente presque totalement inexistante avec, de fait, un minimum de dialogues... J'ai trouvé ça lourd. Mauvais premier pas dans cette littérature nordique à l'honneur cette année au tout prochain Salon du livre de Paris. Le second sera plus réussi (à suivre).

09:13 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature danoise, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.