Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chronique de l'effort #28 | Page d'accueil | I love rien, I'm Parisien »

28/11/2010

Chronique amoureuse #17

Et puis il y a le mijauré.

Contrairement à ce que l'on peut penser, le mijauré n'est pas le gars sur lequel on a flashé, que l'on poursuit de ses assiduités pour enfin le faire succomber à son charme et qui résiste. Non, le mijauré tombe en pamoison dès l'instant où une relation commune vous présente. De bonne éducation avec un QI tout à fait enviable, il ne fait pas le lourdeau mais ne vous lâche pas pour autant d'une semelle. Il vous paie des verres dans le bar de votre rencontre, il vous fait la discussion, il vous flatte... Bref, il se révèle à vous sous ses meilleurs aspects pour vous séduire. Et vous le laissez faire parce qu'en plus d'être courtois et intelligent, il n'a pas hérité d'un physique disgrâcieux. C'est vous à ce moment-là qui faites un peu la chichiteuse ; la jeu de la séduction a tellement de bon.

Quand vient le moment de partir en discothèque, vous vous dites que c'en est fini du jeu du chat et de la souris et qu'une fois entre les murs du dancefloor, l'ambiance feutrée et le brouhaha aidants, vous allez enfin céder aux avances un poil trop obséquieuses de votre soupirant.

Mais le mijauré pense qu'il doit vous mériter. Et de continuer à vous payer des verres (à ce rythme, vous devenez passablement éméchée...), de vous faire la discussion (même si vos capacités de concentration et d'écoute sont doublement altérées par les décibels et l'alcool) et de vous faire une démonstration de ses aptitudes à onduler son corps en vous faisant un show sur un plot. Là, vous commencez un poil à vous impatienter et vous allez même jusqu'à penser que vous vous êtes monté un gros film, que ses pas de danse vous rappelle vaguement votre pote homo et qu'il ne se passera rien parce qu'il est gay. Vous décidez donc de mettre votre radar en marche pour dénicher le meilleur plan de secours possible et amorcez la transition très rapidement ; privilège de fille. C'est là que votre prétendant cérémonieux, se sentant menacé, décide de passer - enfin ! - la seconde. Le temps de quelques frotti-frottas engageants et c'est déjà le moment de quitter la piste (ben oui, c'est qu'il a vraiment pris son temps le bougre !). Vous affrontez donc, de manière aussi stoïque que possible, les lumières pour vous diriger vers la sortie et rejoindre le carrosse de votre chevalier servant qui, lui, est bien plus frais que vous parce qu'en plus d'être bien élevé, il est très responsable et donc sobre puisqu'il conduit.

Arrivés au bas de chez vous, il remet le couvert de la discussion (raaahhh !) afin de procéder au rituel du remerciement pour l'excellente soirée passée et patati et patata. Ni une ni deux, vous remettez quand à vous le rituel des frotti-frotta engageants, auquel votre partenaire se prête très volontiers et proposez de "prendre un dernier verre".

C'est à cet instant précis que le mijauré fait son grand come-back en vous disant qu'il n'est pas un garçon facile. Oh. My. God. C'est là que tu te rends compte de ta véritable erreur. La méprise ne portait pas sur ses orientations sexuelles mais sur sa prétendue grande classe. La vraie élégance aurait été de prendre au pied de la lettre l'expression "prendre un dernier verre", de monter le boire en tout bien tout honneur et de reporter subtilement la suite des événements unilatéralement attendue ce soir-là. Au lieu de ça, Môsieur le mijauré vous fait passer pour la gourgandine de service qu'on voit venir avec ses gros sabots et ses expressions convenues et vous plante.

Moralité, la pétasse allumeuse qui vous abandonne avec votre frustration n'est pas toujours celle que l'on croit.

09:28 Écrit par charlotte sapin dans Chronique amoureuse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.