Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'essence de l'art de Iain M. Banks

Editions Le Bélial' - 271 pagesl'essence de l'art.jpg

Présentation de l'éditeur : La Culture... Une vaste société galactique, anarchique, protéiforme, pacifique. Une société qui nous observe depuis les entrailles d'Arbitraire, vaisseau géant doué de raison en proie à un profond dilemme à mesure que nous autres, pauvres humains, nous déchirons sans relâche et détruisons notre planète sous ses yeux électroniques. Faut-il intervenir, quitte à provoquer un bouleversement qui pourrait s'avérer le plus terrible des remèdes ? En d'autres termes : notre civilisation mérite-t-elle d'être sauvée, et si oui à quel prix ? Car après tout, se frotter ainsi à la barbarie humaine peut s'avérer plus fascinant qu'on ne l'imagine... N'y a-t-il pas ici un risque pour la Culture elle-même ?

Voilà une présentation qui donne envie tant la fiction évoquée semble proche de la réalité. Sauf que. J'avais jusqu'à présent découvert, par la généreuse entremise de Babelio, de véritables petits bijoux littéraires tels que Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, La vie d'une autre ou encore Bamako climax. L'idée ici était de doter les lecteurs d'oeuvres de SF & Fantasy. Je dois bien avouer qu'en dehors de quelques ouvrages de J.R.R. Tolkien et de Marion Zimmer Bradley, je ne suis pas grande amatrice de ce style. Ou plutôt, la découverte de certaines bd de qualité (Metronom', Les derniers jours d'un immortel) m'a fait apprécier le genre sur ce support davantage qu'en version roman. Mais n'étant pas lectrice à oeillères, j'aspire à toujours élargir mes centres d'intérêts de lecture histoire de me convaincre une bonne fois pour toutes que non, définitivement, je n'arriverai jamais à tout lire ; ce qui me comble autant que ça me frustre.

Enfin bref, trève de digression. L'essence de l'art, donc. Je ne vous en direz pas grand chose dans la mesure où le livre m'est tombé des mains. Cela s'explique probablement par le fait que la lecture de cet ouvrage nécessite, si j'ai bien tout compris (ce qui est loin d'être le cas), la lecture préalable d'un cycle de six romans, Le cycle de la Culture. Les huit nouvelles de l'ouvrage évoque ce cycle mais pas toutes. Sauf que pour moi, aucune n'avait ni queue ni tête et je trouvais l'écriture assez rebutante. Résolument trop SF pour une béotienne du genre telle que moi. Donc pour les fans de fiction connaisseurs de l'oeuvre de Banks, ce livre est vraisemblablement une perle, pour les autres (comme moi), circulez, y'a rien à voir.

Commentaires

  • Il faut dire que Iain M Banks n'est pas l'auteur le plus accessible de la SF. Je te conseille plutôt L'usage des armes que l'on peut lire isolément, du même auteur.

  • Merci de m'avoir rassurée. J'ai la fâcheuse tendance, quand je suis mise en difficulté par un texte, à me sentir quelque peu limitée. Je prends bonne note de tes conseils et me lancerai à l'occasion puisque je déteste rester sur un échec ;)

  • Même si j'ai l'impression à travers tes billets, que la SF n'est pas ton genre favori, tu trouveras dans ce texte (L'usage des armes), un texte très travaillé, une ambition littéraire folle (lire la préface de G Klein à ce sujet). A bientôt

  • A mais je ne fais jamais l'impasse sur les préfaces ! Je te tiens au courant dès que je me lance :)

Les commentaires sont fermés.