Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

appelle-moi Ferdinand de H. Bourhis, C. Conty & C. Durieux

Scénario : Hervé Bourhis & Christophe Conty

Illustrations : Christian Durieux

Editions Futuropolis - 63 pagesappelle-moi ferdinand.jpg

Présentation de l'éditeur : Comment réagir quand on sait que l'on va mourir ? À travers le personnage d'Oscar, homme raisonnable qui, face à ce compte à rebours fatal, décide de prendre sa vie à contre-pied, de s'amuser, mais surtout de régler ses comptes avec sa famille, Hervé Bourhis, Christophe Conty et Christian Durieux signent un récit au plus près du nerf, de la vie. C'est, pour reprendre l'expression de Durieux un véritable « feuilleté d'émotions ».
Ça ne va pas fort pour Oscar Lehmann. Il se sait atteint d'un cancer, aucun espoir de guérison. Alors pour ses derniers mois, ce père de famille tranquille, cet employé consciencieux, a décidé de se prendre en main. Oscar en a marre d'être raisonnable. Marre de marcher droit, quitte à envoyer paître les fâcheux qui gravitent autour de lui depuis des années. Quitte également à louer une chambre de bonne pour être tranquille, ou retrouver la professeur de français qu'il avait aimé en secret une vingtaine d'années auparavant... Plus de temps à perdre, c'est aussi l'heure de régler ses comptes avec sa famille et surtout avec son père, un peintre célèbre et égocentrique qui l'a étouffé toute sa vie... Mourir sans avoir eu le temps de... Voilà une accélération du temps extrême et irréversible. Qui n'en a jamais éprouvé l'angoisse ? Et qui n'a jamais éprouvé cet affranchissement étrange et ambigu que suscite la perspective de ne plus avoir à rendre de compte ?

Si vous aimez les histoires tristes, vous allez être servis. C'est un peu l'expression "tomber de Charybde en Scylla" faite bande dessinée. Cette bd d'une extrême qualité tant sur le fond que sur la forme n'est pas sans rappeler le magnifique film Deux jours à tuer de Jean Becker avec Albert Dupontel et Marie-Josée Croze. La tension est palpable tout au long de l'ouvrage et la fin annoncée n'est pas sans surprises... Un voyage au fin fond de l'âme humaine dans ses plus sombres aspects. A classer dans la bd d'auteurs incontournable.

Les commentaires sont fermés.