Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'apprentie geisha de Kazuo Kamimura

apprentie geisha.jpgEditions Kana - 352 pages

Présentation de l'éditeur : O-Tsuru (« la grue »), appelée ainsi parce que petite elle avait l'habitude de se tenir sur un pied pour réchauffer l'autre, a été vendue par ses parents pour qu'elle devienne une geisha. Elle va donc commencer comme shikomikka (apprentie) dans une okiya : la maison où vivent les geishas. En faisant les commissions de ses aînées, Tsuru va découvrir la vie de ses femmes. Enfin, un jour, son tour arrive. Elle se rend dans la chambre de son bienfaiteur. Celui qui, en payant les frais de cérémonie, va la faire entrer dans le monde des geishas. Tsuru va alors prendre le nom de Tsurugiku et devenir une geisha célèbre dans le monde des plaisirs. Certains passages sont érotiques, d'où la signalisation pour public averti mais le tout reste très digne car l'auteur manie la suggestion et l'expressionnisme avec une dextérité fascinante.

Voilà, j'ai lu mon premier manga. Je pensais être davantage déroutée par le sens de lecture mais l'on s'y fait très vite finalement. En revanche, je ne goûte toujours pas la littérature japonaise, définitivement. On est bien loin de l'excellent Geisha d'Arthur Golden. Je ne sais pas si le sens elliptique de ce livre est propre au manga ou au style japonais mais ce qui est sûr, c'est qu'il ne me plaît pas du tout. Je pensais (re)découvrir le monde des geishas au travers de l'existence de l'une d'entre elle et éventuellement son destin exceptionnel, mais il n'en est rien. On enchaîne les anecdotes et l'histoire se finit sans se finir réellement.

Première tentative manga-esque peu concluante.

Les commentaires sont fermés.