Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le connard du jour #3

Bon en réalité, c'est le connard d'avant-hier mais vu le degré d'imbécilité, on peut légitimement estimer qu'il l'est devant l'éternel et que par conséquent, il n'y a pas de péremption de l'information. J'ai donc nommé : Jean-Paul Guerlain.

Pour reconstituer : l'héritier de la célèbre marque en essences envoûtantes passait vendredi dernier sur le plateau du journal de 13 heures de France 2, présenté par la plus que passive Elise Lucet. Pour expliquer comment il avait séduit une femme en lui créant une fragrance, le parfumeur a jugé bon de traduire l'idée qu'il avait travaillé d'arrache-pied en disant qu'il s'était "mis à travailler comme un nègre". Et de préciser "qu'il ne savait pas si les nègres avait travaillé un jour, mais enfin".

Déjà épinglé en 2002 pour l'emploi de clandestins dans sa plantation de Mayotte, on ne peut que douter des biens plates excuses du nez - qui ne l'a vraiment pas eu fin sur ce coup-là - disant que ses "paroles ne reflètent en aucun cas sa pensée profonde mais relèvent d’un dérapage hors de propos qu'il regrette vivement".

Dans cette affaire, la médaille d'argent du racisme ordinaire revient bien évidemment à la journaliste qui n'a réagi d'aucune façon et ne s'est à aucun moment départie de son sourire à l'égard de son invité.

L'on attend de pied ferme une condamnation exemplaire.

Les commentaires sont fermés.