Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Joséphine 1, 2 & 3 de Pénélope Bagieu

Editions Jean-Claude Gawsewitch - 60, 64 et 96 pages

jo 1.jpgjo 2.jpgjo 3.jpg

Présentation de l'éditeur : Joséphine a "la trentaine", comme elle dit pudiquement. Elle n’est pas mariée, n'a pas d'enfant, mais elle a un chat. Elle est blonde et menue, mais s'épaissit sensiblement au niveau des hanches. Elle travaille dans un bureau, avec plein de gens qui ne connaissent pas son nom, et un macho abject dont elle ne parvient pas à clouer le bec. Elle a aussi une sœur qui est mariée, et a des enfants blonds, souriants et polis plein sa grande maison. Elle a des parents qui n’habitent pas la même ville mais qui réussissent à l’envahir et à la culpabiliser par téléphone. Elle a des copines mais aucune n’arrive à la cheville de Rose, sa meilleure amie, solidaire de ses misères quotidiennes. Elle est terriblement fleur bleue et ne désespère pas de rencontrer l'homme idéal, ce à quoi elle s'emploie activement (bars, salles de gym, clubs d'œnologie, Meetic...). En attendant, elle pleure devant les films à l'eau de rose. Joséphine a des tas de malheurs dont elle est bien souvent à l'origine : elle est maladroite, ne gère pas très bien ses relations professionnelles, peine à se faire entendre, fait des gaffes assez embarrassantes, et enchaîne les faux-pas dans sa vie amoureuse. Elle est en quelque sorte l'artisan de son propre malheur, mais veille à ne surtout jamais tirer de leçons de ce qui lui tombe dessus.

Une héroïne gaffeuse, complexée, un peu gourdasse... Une espèce de Bridget Jones à la française dépeinte avec légèreté et humour (parfois corrosif) par la célèbre Pénélope Bagieu. On s'y retrouve toutes (oui, car il s'agit bel et bien de chick-litt version BD) tout en souhaitant ardemment se différencier de cette Joséphine bien attachante.

Très sympa à lire même si dans le genre, ma préférence va incontestablement à Margaux Motin (J'aurais adoré être ethnologue, La théorie de la contorsion). Vu la qualité de son ouvrage bien différent Cadavre exquis, Pénélope Bagieu gagnerait peut-être à se défaire du registre qui l'a révélée...

Les commentaires sont fermés.