Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fille noire, fille blanche de Joyce Carol Oates

fille noire.gifEditions France Loisirs - 380 pages

Présentation de l'éditeur : Elles se rencontrent au coeur des années soixante-dix, camarades de chambre dans un collège prestigieux où elles entament leur cursus universitaire. Genna Meade, descendante du fondateur du collège, est la fille du couple très "radical chic", riche, vaguement hippie, opposant à la guerre du Vietnam. Minette Swift, fille de pasteur, est une voursière afro-américaine venue d'une école communale de Washington. Refusant l'idée même du privilège, rongée de culpabilité, Genna essaye sans relâche de se faire pardonner son éducation élitiste et se donne pour devoir de protéger Minette du harassement sournois des autres étudiantes. En son amie elle voit moins la personne que le symbole d'une fille noire issue d'un milieu modeste, affrontant l'oppression. Et ce, malgré l'attitude déplaisante d'une Minette impérieuse, sarcastique et animée d'un certain fanatisme religieux. La seule religion de Genna, c'est la piété bien intentionnée, ce qui la rend aveugle à la réalité jusqu'à la tragéide finale...

Quelle déception ! Voilà bien longtemps que j'entendais parler de cette auteur qui compte parmi les plus grandes figures de la littérature américaine d'aujourd'hui (comme le souligne Lire dans son dossier du mois Spécial Etats-Unis) sans l'avoir jamais lue. Je me suis donc jetée avec avidité dans la lecture de ce livre et au final, rien.

Ca commence bien pourtant. Mais au bout d'un moment, l'on se dit qu'un jugement trivial dirait "c'est chiant", alors on se force à se dire que non, il s'agit d'un leeeent crescendo qui réserve de grandes surprises. Cependant, que nenni. Le sentiment final est que l'écrivain dénoue une intrigue qui n'est pas la bonne. On reste sur sa faim.

Voilà un success story, comme pour Louise Erdrich, dont je ne comprends pas l'origine. Bien entendue, pour l'une comme pour l'autre de ces figures de la littérature américaine, je ne jugerai définitivement qu'après avoir laissé une seconde chance.

Les commentaires sont fermés.