Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Logicomix de A. Doxiadis et C. Papadimitriou | Page d'accueil | Rentrée littéraire : Bifteck de Martin Provost »

06/09/2010

Rentrée littéraire : Pastel fauve de Carmen Bramly

Editions JC Lattès - 177 pagespastel fauve.jpg

Présentation de l'éditeur : Je n'ai encore jamais eu de garçon dans mon lit. Mes désirs restent empreints d'une pureté virginale qui me fait concevoir l'acte d'amour comme sincère et beau. Quand j'y pense, je vois des draps blancs, de doux sourires, et encore du blanc. Je suis encore sourde et aveugle. L'idée d'une passion mêlée de désir charnel, le besoin de se repaître de l'autre, tout cela m'est étranger, quoique je ne sache pas, ce soir, si je préfère les tons pastels ou les couleurs fauves. Si ça se trouve, les choses sont plus compliquées que je ne me les imagine. C'est la dernière nuit de l'année. Paloma, quatorze ans, s'apprête à réveillonner sur l'île de Bréhat, où ses parents ont une maison de vacances. Elle doit retrouver Pierre, de deux ans son aîné, qu'elle connaît depuis toujours. Ils ne se sont pas vus depuis l'été précédent, l'adolescente s'est transformée et les rapports sont à réinventer. C'est la dernière nuit de l'année et peut-être aussi un adieu à l'enfance.

Voilà un premier roman étonnant. L'auteur n'a que quinze ans mais l'écriture est étonnement mûre même si - et c'est rassurant - les tourments, les maladresses et l'ingénuité propres à cet âge restent présents.

La demoiselle Bramly nous offre un (auto)portrait de l'adolescence d'aujourd'hui qui se résume parfaitement dans l'oxymoron du titre choisi : l'ambivalence, l'opposition, le tiraillement, l'ambition désabusée, la romance trash, entre fausse candeur et innocente maturité. Mais surtout, elle nous offre un retour en plein dans nos émois adolescents et ça a du bon.

Un bien joli premier pas dans le monde des grands. A suivre de près.

12:55 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature française, Livre, Première oeuvre, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.