Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rentrée littéraire : Les chagrins de Judith Perrignon | Page d'accueil | Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra »

07/08/2010

Perte et fracas de Jonathan Tropper

perte et fracas.jpgEditions Fleuve Noir - 370 pages

Présentation de l'éditeur : Doug a vingt-neuf ans et il est veuf. Sa défunte femme, Hailey, est morte dans un accident d'avion il y a deux ans. Depuis, Doug se noie dans l'auto-apitoiement comme dans le Jack Daniel's, et a pour seules activités le lancer de canettes de bière sur les lapins qui envahissent sa pelouse et la rédaction d'une chronique hebdomadaire "Comment parler à un veuf". Nul doute qu'il se consacrerait à plein temps à cette douleur si sa soeur despotique, son beau-fils en mal d'attention et son père sénile ne venaient le sortir de sa léthargie. Et que dire de sa voisine qui s'obstine à lui susurrer des mots cochons à l'oreille... Qu'il le veuille ou non, plus question de se couper des autres. Mais pour Doug, ce retour à la vie ne se fera pas sans perte et fracas.

Après Le livre de Joe, Jonathan Tropper, avec Perte et fracas, accède au rang des auteurs dont je vais engloutir la malheureusement trop courte bibliographie.

A l'instar de John Irving, cet auteur américain sait créer des personnages attachants, touchants, drôles, agaçants et nous plonger dans leurs aventures dès la première page sans que l'on puisse s'en détacher avant le point final. Les descriptions, les actions, les émotions, tout est juste dans le verbe de Tropper.

A découvrir de toute urgence.

Extraits :

S'il y a bien une chose que j'ai apprise, c'est que la pitié est comme une flatulence. On tolère la sienne, mais on ne supporte pas celle des autres.

...

Assis dans une salle de cinéma en pleine journée, on a toujours un peu l'impression que la vie est un cours qu'on est en train de sécher. Les rangées de fauteuils vides sont là pour vous rappeler que les gens normaux et responsables, eux, sont ailleurs, vaquant à leurs occupations normales et responsables, ce qui, par ricochet, implique que vous n'êtes ni l'un ni l'autre.

 

08:38 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature américaine, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.