Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rentrée littéraire : Demain j'aurai vingt ans d'Alain Mabanckou | Page d'accueil | Tamara Drewe de Posy Simmonds »

25/07/2010

La classe américaine

Avec un titre pareil, je pourrais évoquer, comme certains s'en doute sûrement, Le grand détournement et proposer de visionner en particulier ça ou ça histoire de se poiler cinq minutes.

L'utilisation du conditionnel indiquant naturellement au lecteur le plus subtil que telle n'est pas mon intention, l'interrogation naturelle est donc : laquelle est-elle ?

L'on pourrait intuitivement déduire que je m'apprête alors à me la raconter. Ce qui n'est pas complètement faux. Mais en fait, ma véritable intention (même si l'idée est un peu de se la jouer) est de saluer deux auteurs dont j'ai apprécié le talent.

Je veux parler de Kris (Les ensembles contraires) et d'Olivier Jouvray (Nous ne serons jamais des héros).

Figurez-vous qu'après avoir chroniqué leurs bd respectives, ces deux auteurs ont eu la gentillesse de me remercier pour mes chroniques :

Juste un petit mot pour te remercier du tien (de petit mot) au sujet des Ensembles contraires...

Eric T. se joint à moi.

Amitiés contraires ou pas, mais sincères...

Kris.

...

Un ami m'a prévenu de votre article et sincèrement, ça me touche beaucoup ! Merci vraiment. Je me permets juste une remarque, mais peut-être que ce n'est pas dit clairement dans l'album, le dernier pays par lequel ils passent n'est pas l'Alaska mais la Finlande ! ;-)

Mes amitiés et à bientôt.

Olivier Jouvray

Moi, des mecs brillants qui restent en hallu' de voir leurs talents reconnus et dont l'humilité les laisse proches de leurs publics, ben je trouve ça choupi.

09:16 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Blog, Moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.