Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le connard du jour #1 | Page d'accueil | Loin de mon père de Véronique Tadjo »

18/07/2010

Rentrée littéraire : La malédiction des colombes de Louise Erdrich

A paraître le 18 août.

Editions Albin Michel - 496 pageserdrich.jpg

Présentation de l'éditeur : Tous les habitants de Pluto (Dakota du Nord) sont liés par l'amour ou l'amitié, le sang, mais surtout, par le poids du passé. Jamais élucidé, le massacre d'une famille de fermiers blancs en 1911 hante toujours la petite ville qui se meurt. Quatre Indiens avaient été lynchés sans autre forme de procès pour ce crime qu'ils n avaient pas commis. Mi ojibwe mi blanche, Evelina Harp est une fille intelligente et ambitieuse, toujours prompte à tomber désespérément amoureuse. Elle a grandi sur la réserve où son grand-père (qui a échappé au lynchage pour une mystérieuse raison) lui a révélé l'histoire du crime qui a marqué autrefois les deux communautés. Personne ne comprend mieux le poids de ce drame que le juge Coutts, qui veille sur les habitants de Pluto avec compassion et lucidité. A travers les voix distinctes et attachantes des trois narrateurs, Louise Erdrich compose une mosaïque haute en couleurs d'histoires qui s'entremêlent sur plusieurs décades, tour à tour glaçantes, drôles, étonnantes, sauvages, tragiques et mélancoliques.

Louise Erdrich est, dit-on, reconnue comme "l'un des écrivains contemporains américains les plus importants". Ma question : par qui ? Non seulement je n'avais jamais entendu parler d'elle - peut-être un vague côté philistin -, mais après avoir découvert - avant tout le monde, privilège de libraire - son nouveau roman, je n'ai pas vraiment envie d'en savoir plus que rien.

Enfin, pour être tout-à-fait honnête, je n'en ai découvert que 94 pages. Dont, donc, environ 44 pages de pure masochisme puisqu'au-delà de 50 pages, il devient difficile d'accorder sa chance à un four. J'ai trouvé ça mal écrit (peut-être que la traduction pêche ?) et non-captivant au possible. D'ailleurs, quand je lis la présentation de l'éditeur, je ne retrouve que peu ce que j'en ai parcouru. Peut-être que l'histoire ne démarre vraiment qu'à partir de 150 pages ? Ce qui est bien trop, convenons-en.

Réjouissons-nous, il doit bien exister quelques perles dans les quelque 700 nouveautés annoncées. En voici une à éliminer.

08:47 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature américaine, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it!

Commentaires

Ok, mais je me permets de classer ce bouquin, et celui d'Anne Savelli, dans les abandons, les lectures inachevées ne peuvent pas concourir pour le 1%.

Écrit par : Schlabaya | 09/08/2010

Répondre à ce commentaire

Przeczytaj caly blog jest bardzo dobry

Écrit par : Mayohatimarry | 31/01/2011

Répondre à ce commentaire

dziękuję :)

Écrit par : charlotte à Mayohatimarry | 07/02/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.