Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les Bleus, ça fait mal... | Page d'accueil | Emilie de Louise Tremblay d'Essiambre »

22/06/2010

Charlotte de Louise Tremblay d'Essiambre

charlotte.jpgGuy Saint-Jean Editeur - 667 pages

Quatrième de couv' : Elles sont trois soeurs. Un père absent. Une mère présente, trop présente : migraineuse, alcoolique, hypocondriaque, Blanche est un dragon. Chez les Deblois, on vit au rythme de ses crises, de ses colères et de ses folies. On vit mais à peine, en somme. Montréal, automne 1942. Charlotte s'en va. Dix-huit ans à étouffer dans cette maison, c'est bien suffisant. Bien sûr, il aurait fallu veiller sur ses soeurs plus jeunes, plus fragiles. Mais il faut vivre, aussi. Et vivre loin. Clore enfin cette parenthèse d'adolescence où toutes les responsabilités lui revenaient. Où l'amour frappait maladroitement à la porte. Où s'évader dans les livres ne suffisaient pas. Alors, voilà, Charlotte s'en va.

Cette saga a conquis des milliers de lecteurs québécois et ça n'est pas pour rien. Décidément, cette nation regorge d'artistes de talents en tous genres.

"Des mots sensibles, des phrases poignantes, des descriptions évocatrices et des dialogues prenants" (Journal de Montréal), autant de raisons qui nous happent littéralement au coeur de cette famille atypique et de ses secrets les plus lourds.

Si le premier tome de ce quadriptyque est davantage centré sur Charlotte, l'auteur nous fait passer d'un personnage à un autre, de vécus en ressentis respectifs, avec une aisance toute irvingienne (non je ne suis pas mono-maniaque, John Irving est grand, c'est tout).

Le must étant que si le charme agit, il reste trois autres volets à découvrir.

L'inconvénient étant que si le second tome est sorti le 17 juin, le troisième est prévu pour le 16 septembre et le dernier n'est pas encore annoncé...

Extraits :

Je vais partir.

Je dois partir.

Tout laisser derrière, tout quitter, faire le vide autour de moi pour retrouver ma dignité et tout recommencer.

Je vais fuir comme si j'étais coupable. Je suis peut-être coupable d'avoir trop aimé.

On me dit forte et c'est comme si j'entendais le reproche dans la voix. Je n'ai besoin ni de sollicitude, ni de soins, ni de présence inquiète, alors je ne suis d'aucun intérêt. Par contre, on attendait de moi que je sois efficace alors qu'on attendait des autres qu'ils soient malades. Et n'est-ce pas que j'ai été efficace tout au long de ces années ? Malgré cela, j'ai l'impression que c'est un crime que d'être forte et en santé. J'ai l'impression qu'on me montre du doigt. Je suis celle qui dérange le cours établi des choses. Je suis différente.

(...) Et tant pis pour les autres, ce n'est pas ma faute s'ils n'ont rien compris. J'ai si souvent eu cette impression qu'ils ne cherchaient même pas à comprendre qu'aujourd"hui, je suis indifférente.

...

Charlotte ne s'ennuyait jamais ou si peu. Elle arrivait en pensée à faire vivre tout un éventail de personnages, d'enfants seuls comme elle, d'orphelins malheureux. Ses idées, ses observations, elle les transformait en géants, en fées ou simplement en amis imaginaires venus combler le vide autour d'elle.

08:51 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature québécoise, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.