Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les derniers jours d'un immortel de Bonneval & Vehlmann | Page d'accueil | Cadavre exquis de Pénélope Bagieu »

29/04/2010

Metronom' de Corbeyran et Grun

Editions Glénat - 56 pagesmetronom.jpg

Tome 1 : Tolérance zéro

Quatrième de couv' : Dans un avenir proche, au sein d'une société totalitaire qui écrase l'individu au profit de la toute-puissance et du mensonge étatiques, une femme mène un combat pour découvrir les raisons de la disparition mystérieuse de son mari parti en mission spatiale...

Préface de Enki Bilal : Ecrire de la science-fiction pure est presque devenu mission impossible : tout ce qu'avaient envisagé les grands textes fondateurs du XXe siècle est advenu, à l'exception du voyage dans le temps. C'est ce que dit en substance Pierre Christin, orfèvre en cette matière-là aussi. J'y souscris sans état d'âme, sans pour autant considérer le terrain définitivement asséché, notre monde se régénérant de manière obsessionnellement immuable, avec toujours les mêmes tares, les mêmes fautes, le même cynisme. Corbeyran et Grun pointent du bout du doigt ces zones qui font toujours mal, avec une conviction et une force dont le classicisme assumé est un véritable atout. Les matières écrites et peintes sont en fusion et en harmonie, ce qui, dans le genre, est assez rare. On entre de plain-pied dans une zone grise qui est, comme il se doit, notre miroir, et où l'on voit l'homme se débattre. Un monde à la fois proche et lointain, familier et inquiétant, traversé de crises successives mais fondamentalement immobile. C'était demain, ce sera hier, c'est clairement dit.

Un premier opus très prometteur d'une série au coeur d'un régime liberticide qui combat, entre autres, "l'une des plus insidieuses formes d'incivisme : le suicide". Cet univers n'est pas sans rappeler celui d'Orwell dans 1984 mais n'a rien d'une redite ou d'un ersatz. "Catalogué" dans la catégorie SF, ce premier chapitre, ne serait-ce que par son titre, sonne pourtant très réaliste...

Le graphisme très esthétique nous plonge parfaitement dans l'ambiance sombre d'une politique de l'écrasement de l'individu poussée à son paroxysme. Il est incontestablement d'inspiration bilalienne ; inspiration réussie puisque le maître a signé la préface.

Le suspens est à son comble. A quand le tome 2 ?

21:48 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Citation, Culture, Littérature française, Livre, SF, fantasy, fantastique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.