Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mauvais garçons de Dabitch & Flao

Editions Futuropolis - 128 et 112 pages

Christophe Dabitch : scénariste - Benjamin Flao : dessinateur

Présentation de l'éditeur : En Andalousie, de nos jours. Il se nomme Manuel, sa famille est originaire d'Andalousie, mais il a vécu en France jusqu'à ce qu'il décide de revenir s'y installer. Il a un ami gitan qui se nomme Benito, un chanteur hors norme. Manuel et Bénito sont inséparables. Car, ce qui lie avant tous les deux jeunes hommes, c est l'amour du flamenco, le vrai, le pur, pas le flamenco rock comme peuvent le jouer certains frimeurs méprisables (mais qui, à contrario, gagnent très bien leur vie). Ces «mauvais garçons» vivent au jour le jour d'expédients. Seul leur amour des femmes leur fait tourner la tête.

mauvais1.jpgmauvais2.jpg

Adeptes du flamenco et de la culture gitane, cette série est pour vous. Je dois dire que l'histoire - relativement inexistante ; disons plutôt qu'il s'agit d'une tranche de vie de deux artistes - ne m'a pas particulièrement accrochée mais le graphisme, alors là, oui.

Tant au niveau du chant, de la guitare que de la danse, Flao a su transmettre toute la force émotionnelle du flamenco et restituer la fièvre électrique de ces artistes singuliers et passionnés dont la musique se veut vecteur de pauvreté, de douleur et d'injustice sociale. Le trait est exceptionnellement expressif tant pour ce qui est de l'émotion dans l'oeil des personnages que du mouvement de ces derniers quand ils dansent. Les dessins, que dis-je, les oeuvres du dessinateur permettent d'entendre la musique et de voir les chorégraphies de manière éblouissante.

Il y a inconstestablement une ambiance... Dommage que seule la forme ait du fond.

Les commentaires sont fermés.