Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 10 vies 10 destins... | Page d'accueil | Aaah ! Eee : hiii ! Oh ! »

07/03/2010

Les saisons de la solitude de Joseph Boyden

saisons de la solitude.jpgEditions Albin Michel - 507 pages

Présentation de l'éditeur : Traduit en quinze langues, salué par Jim Harrison, Le chemin des âmes, premier roman aussi ambitieux qu'obsédant, a révélé Joseph Boyden comme l'un des meilleurs écrivains canadiens. Les saisons de la solitude reprend la trame de cette oeuvre puissante, entremêlant deux voix et deux destins : Will, un ancien pilote, plongé dans le coma après une agression ; Annie, sa nièce, revenue d'un long et pénible voyage afin de veiller sur lui. Dans la communion silencieuse qui les unit, se lisent leurs drames et conflits les plus secrets. Prend alors forme une magnifique fresque individuelle et familiale, celle des Indiens d'Amérique d'aujourd'hui, qui nous entraîne de l'immensité sauvage des forêts canadiennes aux gratte-ciel de Manhattan. Ce roman saisissant, porté par la poésie brute de Joseph Boyden et l'humanité de son regard, a été couronné à l'automne 2008 par le plus grand prix littéraire canadien, le Giller Prize.

Joseph Boyden est au Canada ce que John Irving est aux Etats-Unis (dans mon coeur de lectrice). Comme ça, tout est dit. Bref, un auteur qui, en toute simplicité, vous plonge dans des vies qui sentent le vrai, avec leurs beautés et leurs parts obscures, vous transporte dans un univers - le Canada - et dans une culture - indienne.

Ici, les monologues des deux narrateurs prennent des airs de dialogues et bizarrement, cela ne fait que renforcer le sentiment des solitudes. Le point commun d'avec John Irving reste sans doute la faculté de tenir en haleine malgré de beaux volumes de pages, le fait de toujours faire poindre l'éclaircie après les turbulences qui saisissent le lecteur de toutes sortes d'émotions et le talent de donner l'envie d'engloutir toute la - trop courte - bibliographie.

 

16:05 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature canadienne, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.