Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les bonnes réseau-lutions

    Et oui, c'est de saison. Sauf que de manière générale, on les énonce rapidement en les oubliant instantanément. Voire, quand l'on a une certaine prédisposition à la culpabilisation, on les note dans un petit carnet pour mieux se flageller à la fin de l'année.

    Exit la mémoire de poisson rouge ou les regrets tardifs. Tu peux dès à présent prendre la résolution de faire un bonne action et de la tenir immédiatement.

    Pour cela, il suffit de créer ta page de collecte de dons en ligne pour l'Opération Pièces Jaunes 2010 sur http://fondationhopitaux.aiderdonner.com/piecesjaunes. Ca prend deux minutes et la page créée peut être diffusée par mail, via Facebook, Viadeo ou grâce à un widget/bouton à installer sur ton site ou ton blog. Pour inciter les potentiels généreux donateurs, il suffit ensuite d'animer facilement ta collecte grâce aux conseils de Pile et Face.

    Entre nous, quelle meilleure détermination que de vouloir aider les petits malades à l'hôpital en collectant des petites pièces qui permettent la réalisation de grands projets ?

    La Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France s'engage depuis 1990 pour la cause des enfants et des adolescents hospitalisés en répondant aux besoins exprimés par les services pédiatriques. C'est ton tour en 2010 pour satisfaire l'une des centaines de demandes de subventions adressées chaque année à la Fondation et améliorer la vie quotidienne des petits patients.

    La grande nouveauté est donc l'investissement de la Toile pour la bonne cause. Tout un chacun peut désormais déposer ses pièces jaunes en ligne ET/OU devenir e-collecteur. Comme moi, ici.

    Allez, file donner ou collecter. Merki !!!

    www.piecesjaunes.fr

    Article sponsorisé

  • Un mal pour un bien

    Un jour dans le passé lointain, j'ai raconté - plus ou moins bien - ça. Alors peut-être que les histoires à morale, c'est gonflant. N'empêche que c'est intemporel - si tant est que l'on soit pourvu a minima d'un certain code moral (qui avouons-le est bien relatif sur certains sujets...). Bref. Donc.

    Le CQFD, c'est que, le 31 décembre au soir, alors que je m'apprêtais à festoyer dignement à l'occasion de la Saint-Sylvestre, bien qu'un peu tardivement du fait - comme c'est étonnant n'est-il pas ? - d'un retard accusé par le train de ceux qui nous font préfèrer l'avion, ce soir-là donc, j'ai eu un accident de voiture. Rien de grave heureusement si ce n'est de la tôle froissée, dont la faute revient à deux jeunes imbéciles en scooter ne sachant pas que dans l'expression "sens giratoire", le "giratoire" signifie "tourner autour".

    L'on pourrait, dès lors, se dire : quelle déveine. Sauf que. "Grâce" à cet accrochage et au jeu des assurances, le vieux tas de boue que je devais acquérir ne peut pas m'être vendu. L'ancien propriétaire - ma mère - touche une prime qui couvre largement les réparations nécessaires et ce qui reste représente le prix que je devais verser. De plus, avec ce système, la carte grise est gelée, je n'ai donc pas à la refaire ; économie supplémentaire. Et je n'ai pas à changer les plaques. Economie bis repetita.

    Comme quoi, la morale de mon histoire du passé lointain est donc bien toujours d'actualité.

    Sinon bonne année ! C'est tard ? Oui mais tout le monde te l'a déjà souhaitée et, alors qu'un 11 janvier, personne ne devrait plus avoir à ton égard de bonnes pensées, moi si. Encore un mal pour un bien. Ne me remercie pas, c'est bien naturel.