Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Editions Grasset - 637 pageszafon.jpg

Quatrième de couv' : Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, "ville des prodiges" marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y "adopter" un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets "enterrés dans l'âme de la ville" : L'Ombre du vent.

Difficile de ne pas être subjugué par ce chef d'oeuvre. L'intrigue parfaite est agrémentée d'une richesse lexicale exceptionnelle et d'une infinie poésie, véritable pied de nez aux ténébres fantastiques de la trame et aux sombres âmes des mystérieux protagonistes. La tendresse se mêle à la haine. La joie à la peine. La littérature à la vie. Non seulement le talentueux narrateur vous emmène là où vous n'auriez jamais envisagé aller mais de surcroît, le roman se déroule jusqu'à son paroxysme non pas tel que vous l'auriez souhaité mais tel que vous n'auriez jamais souhaiter l'imaginer ou tel que vous n'auriez jamais imaginé le souhaiter. Tenter d'en dire plus ne serait que faire affront à l'indicible talent que je suis ravie de compter parmi mes références littéraires.

En un mot : lisez-le. Ceci n'est pas une exhortation à lire ce bijou littéraire mais une recommandation faite avec ferveur.

Commentaires

  • tout le monde en dit du bien ! je l'ai acheté a midi et je commence demain....
    bonne soirée
    Am'

  • j'espère que tu as pris autant de plaisir que moi, il y a bien longtemps déjà :)

Les commentaires sont fermés.