Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La théorie du complot #2 | Page d'accueil | Kiki de Montparnasse de Catel & Bocquet »

05/11/2009

Roé, un bon !

Oui. Oui nous allons parler de musique. Oui nous allons parler en particulier de chanson française. Mais non, il ne s'agit pas de Nino Ferrer. Auquel cas, j'aurais orthographié mon intitulé d'avec les onomatopées du titre original. Non, à l'ordre du jour : Roé.

Roé

Contrairement à ce que l'on pourrait penser en ne connaissant pas l'artiste au regard de la pochette ou du titre de son nouvel album (Madame) sorti le 12 octobre dernier, Roé n'est pas une chanteuse mais bien un interprète. Enfin, interprète, cela semble un peu réducteur si l'on considère qu'en plus de la chansonnette qu'il pousse avec succès depuis 1990 (Soledad), Roé collabore avec de nombreux artistes (David Gilmour de Pink Floyd, Iggy Pop, Charlelie Couture, Laurent Voulzy, Stéphane Eicher, Mory Kante...), compose pour le cinéma, la danse contemporaine ou le spectacle de rue, est programmateur musical pour Sud Radio, animateur sur Radio Latina, a créé le premier festival de la Rumba à Beaucaire, dirige le festival de la guitare de Bellegarde et a fondé Les Toros, association culturelle qui a pour but de créer des rencontres entre artistes de toutes cultures et de toutes disciplines (MC Solaar, Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac, Khaled, Bernard Lavilliers, Keziah Jones, Manu Dibango, Manu Katché...).

Mais c'est bien le chanteur-compositeur de sa voix pour sa pomme qui nous intéresse présentement. Madame donc nous parle d'amour fou au travers de quatorze intemporelles déclarations aussi diverses que le sont nos histoires : des ballades en clair-obscur (Sous les draps, Ultima), un registre pop hispanisant et flamboyant (Carmen, Un baiser, Bomba, J'aime regarder Madame), des valses lentes et obsédantes (Encore !, Squaw boussole, Combient est-il ?), des accents nougaresques (Sale attente), du swing manouche (A Nîmes)... Autant de voyages musicaux, à fleur de peau, parfois drôles, toujours nuancés, qui nous entraînent dans les régions les plus convoitées... Celles du coeur.

Cette ode à la femme est disponible en pré-écoute sur Fnac, iTunes et MySpace et le premier single Un Baiser, dont le clip va à l'encontre de la paranoïa ambiante autour de la grippe A, ici-même :

Pour en savoir plus sur l'artiste : roemusic.

Article sponsorisé

11:41 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Musique, Travail | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.