Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'amour et d'eau fraîche de T.C. Boyle

boyle.jpgEditions Grasset - 723 pages

Quatrième de couv' - Marginocity : c'est le nom de la communauté créée en ce début des années 1970 par un nommé Sender, quelque part en Californie, pour vivre près de la nature et pratiquer l'amour libre. Un modèle qui n'est pas du goût des autorités locales : à force de taxes impayées, de latrines qui débordent et de drogue au grand jour, les rebelles sont priés de vider les lieux... Heureusement, Sender a hérité d'un terrain en Alaska. C'est là qu'il décide d'installer ses "frères et soeurs". Mais l'idéal hippie se révèle moins facile à mettre en oeuvre lorsqu'il fait -15° ou -20° chaque nuit, dans un pays où les trappeurs ont une toute autre conception de la vie saine et naturelle... Pourtant, les uns et les autres s'apprivoiseront peu à peu. Et de cette rencontre improbable naît une histoire délirante et drôle, riche en rebondissements, à travers laquelle l'auteur d'América et d'Un ami de la terre poursuit sa radiographie de l'Amérique moderne.

Voici un livre divertissant d'un auteur prolixe aux allures de rock star.

Divertissant au sens noble du terme puisque les grands classiques et les oeuvres posant des problèmes métaphysiques n'ont pas le monopole de la qualité littéraire.

Divertissant donc tout autant que laid et tragique. Aux travers de personnages attachants, chacun se souviendra de ses élans de flower power fantasmés lors de mémorables rébellions d'adolescents en crise - ce qui étaient d'ailleurs foncièrement paradoxal m'enfin passons. Mais bientôt apparaît le revers de la chimère : derrière l'idéal de vie se cache un milieu ancré dans des conceptions rétrogrades de machisme et de sexisme et les valeurs de solidarité, de fraternité et de partage prônées connaissent de tristes limites.

Mouais... En écrivant ça, je me suis déprimée toute seule. Finalement, tout n'est qu'utopie car l'homme, naturellement mauvais, est un être vil, égocentré par essence. Mais que le mérite de l'auteur n'en pâtisse pas : l'histoire est accrocheuse et l'analyse pertinente. Parfait pour agrémenter son temps libre.

Commentaires

  • Je suis en train de lire ce roman, qui est une fois de plus chez Boyle, particulièrement savoureux.... et qui fait aussi réfléchir.
    Quel est ton personnage préféré ?
    Moi, je crois que c'est Pan ;)
    -----

  • Oulala, étant donné que cette lecture remonte à 2009, il m'est bien difficile de répondre à cette question... Je suis incapable de me rappeler le prénom de mon personnage préféré. En revanche, je me souviens parfaitement en avoir détesté un très fort - mais pas de prénom là encore !
    Dans ma PAL, Les femmes - du même auteur - me fait de l'oeil. Ton petit commentaire me dit que c'est le signe qu'il est temps pour moi de le lire :)
    Merci de ta visite. A très bientôt !

  • Je t'avais écrit une longue réponse, mais il semble qu'elle n'ait pas été enregistrée ...du coup j'ai tout perdu :'(

    ---

    Enfin, si le cœur t'en dit, tu peux visiter ma page BABELIO.
    www.babelio.com/monprofil.php?id_user=73200
    A bientôt

  • Les joies de l'informatique ah ah. Je t'ai envoyé une demande d'amis sur Babelio. Encore merci pour ton intérêt et tes visites. A bientôt !

Les commentaires sont fermés.