Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Himalaya Vaudou de F. Bernard et J.-M. Rochette | Page d'accueil | La course au mouton sauvage d'Haruki Murakami »

25/09/2009

Au secours Mrs Dalloway de Mary Dollinger

dollinger.jpgJacques André Editeur - 258 pages

Quatrième de couv' : Clare Fournier, jeune anglaise bourgeoisement installée avec mari (radin), enfants (insupportables) et chien (apathique), voit un jour son excentricité toute britannique refaire surface et perturber son quotidien ennuyeux. Entraînée malgré elle dans des péripéties qu'elle nous raconte avec un humour terriblement anglo-saxon, à mi-chemin entre P.G. Wodehouse et W. Allen, elle s'engage sur les traces de Mrs Dalloway, l'héroïne angoissée de V. Woolf, et entreprend la rédaction d'un best-seller dont les personnages se rebellent à leur tour...

Cet archétype de la mise en abîme est un alliage parfait d'oppositions, jonglant de la réalité à l'idéal fantasmé ou encore de la gravité à la légéreté. Cette subtile recette qui vous entraîne dans le sillage tourbillonnant d'une femme en pleine renaissance n'en est que plus savoureuse. Bizarrement, j'en retiens moins le message de vie que les précieuses remarques quant au métier d'écrivain... Mais la réussite d'un livre ne tient-elle pas dans la capacité à faire se projeter le lecteur, d'une manière ou d'une autre ?

Seule fausse note pour la fétichiste du livre que je suis, la reliure un peu rigide oblige le lecteur à casser la tranche... Sacrilège ! Mais au final, j'ai opéré cette concession avec plaisir.Le démon des mots Charlotte Sapin

La lecture de ce livre m'a remis en mémoire une rencontre estivale d'avec un jeune anglais autour d'un apéritif. Alors que je l'initiais au vin français, j'achevais le service et par la même occasion la bouteille en remplissant son verre. Tentant tant bien que mal de lui expliquer qu'en France, quand nous finissions une bouteille, nous nous exclamions "Marié ou pendu avant la fin de l'année", je lui demandais s'il existait un proverbe équivalent outre-Manche. Et lui de me répondre "ow yes, quand nous fini le bouteille, nous dire Oh shit !"... J'adore.

11:50 Écrit par charlotte sapin dans Culture, Littérature anglaise, Littérature française, Livre, Première oeuvre, Roman | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it!

Commentaires

Bonsoir charlotte,
c'est la semaine qui veut cela,ASMD ressort grâce à toi et une blogueuse qui a acheté tous les livres de Mary chez Amazon (qui pour une fois a livré) a eu la surprise d'ouvrir "le Journal désespéré d'un écrivain raté" et de le trouver déjà dédicacé!
Au fait ,je le dis en passant, un de nos académiciens les plus connu a beaucoup aimé ce petit livre et s'est donné la peine de l'écrire à Mary.Bon W.E.

Écrit par : alain | 25/09/2009

Répondre à ce commentaire

Oui je ressors mes vieux billets de l'ancien blog... Quelle coïncidence mais il en va souvent ainsi, n'est-ce pas ?!
Et bien et bien, quel honneur Mary !!! La grande classe.
J'espère que tout va bien pour vous. Bises.

Écrit par : charlotte à alain | 26/09/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.