Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Malataverne de Bernard Clavel

malataverne.jpgEditions Robert Laffont - 187 pages

Quatrième de couv' : Ils sont trois, trois copains disparates réunis par le hasard dans un bourg du Jura. Serge, blond, fragile, très fils de famille ; Christophe, opulent comme l'épicerie paternelle, enfin Robert, apprenti plombier, qui fuit un foyer où l'ivrognerie règne, et dont le seul réconfort est Gilberte, la fille d'un fermier voisin. Ce ne sont pas - pas encore - des voyous. Seulement des gosses incompris de leurs parents, livrés à eux-mêmes, incapables de s'insérer dans notre société. Enhardis, grisés par un vol de fromages, ils décident de tenter "un grand coup" à Malataverne. Serge et Christophe ont tout mis au point. Seul, Robert hésite. Lâcheté ? Honnêteté ? Superstition ? Personne ne peut l'aider, il est seul devant sa conscience. Seul devant les yeux clairs de Gilberte. Seul devant Malataverne, le lieu maudit.

Ca peut paraître un peu désuet et c'est pourtant terriblement d'actualité. Ce moment où il faut faire un choix entre son sens moral, son intégrité et son besoin de reconnaissance, sa loyauté à l'égard de personnes qui ne sont pas toujours les bonnes, tout le monde l'a vécu. Même si les enjeux de chacun ne sont pas toujours égaux : l'on joue parfois avec la parentale punition, l'on risque parfois l'aller simple en prison. Mais quel que soit le risque, l'on est toujours confronté, parfois plus tôt que prévu, à cette décision qui est jonction entre l'adolescence et l'âge adulte. Et hier comme de plus en plus aujourd'hui, parfois, ça finit mal. Très mal.

Les commentaires sont fermés.