Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les Contes de Beedle le Barde de J.K. Rowling

    Editions Gallimard - 128 pagesbeedle.jpg

    Quatrième de couv' : Les Contes de Beedle le Barde sont les cinq contes de fées qui bercent l'enfance des jeunes sorciers. Chacun de ces contes a sa magie particulière qui enchantera les lecteurs et les fera tour à tour rire ou frissonner. Les commentaires passionnants et malicieux du professeur Albus Dumbledore qui accompagnent chaque récit seront appréciés des sorciers comme des Moldus. Le professeur y donne de nombreuses clefs et dévoile, par la même occasion, maint détail de la vie de Poudlard. Un ouvrage magique à garder comme un trésor, enrichi des illustrations originales de J.K. Rowling.

    Au commencement, un plaisir, celui de retrouver la plume de J.K. Rowling sur le thème apprécié du monde d'Harry Potter, et une bonne action, celle de faire l'acquisition d'un livre dont les recettes servent à soutenir le Children's High Level Group (health, education, welfare).

    A l'arrivée, une déception. Une déception pour qui connaît la plume de l'auteur et ne peut manquer de remarquer le manque de précision, le caractère peu fouillé des explications des contes. J.K. Rowling nous avait habitués à plus de minutie et nous prouve ainsi, si besoin l'était encore, que le charity business reste plus que jamais un business avant d'être une véritable oeuvre de charité.

    L'univers HP reste au demeurant plaisant et les inconditionnels passeront facilement outre le caractère bâclé de l'ouvrage pour compléter la collection et se replonger dans la fantasmagorie l'espace d'un instant.

  • Vacance de Cati Baur

    vacance.jpgEditions Delcourt - 119 pages

    Quatrième de couv' : "J'étais comme un enfant qui démonte soigneusement son jouet préféré, avec la conscience aiguë que jamais il ne pourra le reconstruire. Il fallait que j'aille jusqu'au bout pour me libérer de ma peur de les perdre."

    La seule couverture pourrait laisser penser que la brunette, héroïne de l'histoire, va nous livrer un carnet de bord de ses derniers congés. Mais s'il s'agit bien de la narration d'une relâche, c'est celle d'une mère-épouse-institutrice qui, lasse de sa vie, décide de laisser son poste vacant. C'est donc sur une autoroute, sur le chemin du retour de vacances d'hiver, que Marie quitte sur un coup de tête époux et enfant.

    Car qui ne s'est jamais dit : "c'est maintenant ou jamais" ? Qui n'a jamais ressenti l'envie de tout plaquer, de changer de vie ? Qui n'a jamais rêvé de vivre au jour le jour, sans compter, sans se soucier de rien ni de personne ?

    Mais la dolce vita l'est-elle durablement ? Regrette-t-on forcément sa vie passée ? Faut-il nécessairement perdre ce que l'on aime pour l'apprécier à sa juste valeur ?

    Ce road movie au graphisme très appréciable nous apporte quelques éléments de réponse qui, à n'en pas douter, tenteront les plus téméraires et refroidiront les plus raisonnables.

    A lire absolument !

  • Le pays des trois sourires de Lewis Trondheim

    Editions L'Association - 34 pages

    pays des trois sourires.jpg

    Résumé : Parce que d'incessants séismes détruisent progressivement la planète, Maki le gentil naïf est chargé de partir à la recherche de Dieu. Il est accompagné dans sa quête par Sekelle, l'égoïste cynique. Le trouveront-ils ? Sous quelle forme ? Et sera-t-il ce Tout-Puissant que d'aucuns se plaisent à imaginer et qui pourra sauver le monde ?

    Dans cet univers parallèle qui pourtant recoupe plus qu'on ne le pense le nôtre, la terre est plate. Comment pourrait-il en être autrement puisque rien ne tourne rond ?

    Après le très introspectif Moins d'un quart de seconde pour vivre, Trondheim nous propose avec Le pays des trois sourires une métaphore de l'humanité pour le moins désenchantée. Individualisme, lâcheté, méchanceté gratuite, injustice et remise en question de toute Supériorité supposée sont au programme de ces cent strips en noir et blanc ne formant qu'une histoire et mêlant savamment loufoquerie et questions existentielles. Quand l'ontologie et la métaphysique rencontrent un graphisme très enfantin, le rapport de l'homme au monde semble moins noir.

    Et pourtant...

  • Lady Susan de Jane Austen

    lady susan.jpgEditions Gallimard - 116 pages

    Quatième de couv' : Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question...

    Après Raison et sentiments, Orgueil et préjugés, Northanger abbey et Emma, Jane Austen reste définitivement une valeur sûre de la littérature. Au travers d'un chassé-croisé de correspondances entre les différents protagonistes, l'auteur dépeint ici plus que dans tout autre de ses romans l'hypocrisie et la manipulation. Le verbe et les usages sont certes d'époque, mais les thématiques n'en sont pas moins d'actualité.

    Si d'aucuns peuvent reprocher à Jane Austen une oeuvre quelque peu réitérative, Lady Susan est à n'en pas douter le roman épistolaire qui leur donnera tort.

    It's exactly my cup of tea !

  • Rumeurs de Anna Godbersen

    Editions Albin Michel - 461 pagesrumeurs.jpg

    Quatrième de couv' : Rien n'est plus dangereux qu'un secret... Les amies d'hier sont devenues les rivales d'aujourd'hui. Coups bas à l'heure du thé, trahison au coeur de la nuit, les bals somptueux bruissent des plus folles rumeurs. Retour à Manhattan... en 1899.

    Après le premier opus Rebelles, les gossip girls sont de retour, plus machiavéliques que jamais. Et contrairement au premier tome où tout est un peu prévisible, le second volet est riche en rebondissements inattendus malgré un indéniable ancrage dans les clichés relativement inhérents aux sagas romantiques.

    Qu'importe ! La détente est au rendez-vous et une lecture un peu facile vaut toujours mieux que l'absorption passive d'un mauvais feuilleton. Les inconditionnel(le)s de séries - comme moi - ne pourront que se réjouir du fait qu'un troisième tome a déjà paru en anglais et qu'un quatrième est à prévoir.

    http://www.rebelles-lelivre.fr/

    http://www.theluxebooks.com/