Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique de l'effort #23

Ou ma vie de rédactrice en quête d'épanouissement professionnel (chômeuse quoi).

Quand on travaille, on a qu'une envie, c'est de s'arrêter de bosser.

Quand on s'arrête de bosser, on a qu'une envie, c'est de travailler.

C'est ambivalent, c'est humain.

Encore que le deuxième point ne puisse être pris pour vérité à l'état brut ; des précisions s'imposent.

Evidemment que si Dame Nature avait fait de nous des rentiers plutôt que des prolos, nous n'éprouverions aucunement le besoin (le mot est lâché) de trimer. Ce qui ne veut pas dire non plus ne rien faire de notre peau puisque le cas échéant, nous nous consacrerions à des activités utiles et intéressantes de type associatives ou encore culturelles.

Mais Dame Nature étant une salope, quand nous autres indigents arrêtons de bosser, notre unique préoccupation est de trouver un nouveau job pour pallier les deux problématiques du chômage : la pauvreté et la solitude. La pauvreté car les Assédic ne sont ni éternelles ni suffisantes et que nous n'avons pas de bas de laine. La solitude car les camarades travaillent et quand ils sortent du taf, ils vont au resto par exemple et c'est au-dessus de nos moyens.

Cependant, on a beau chercher, on ne trouve pas toujours. Surtout en ce moment, il paraît. D'où angoisse, perte de confiance en soi, déprime.

Non, franchement, le chômage, c'est loin d'être des vacances. C'est un vrai travail.

Sur soi.

Et puis heureusement, quand on a un peu de chance, du travail, on en retrouve.

...

Alors bon ok, c'est seulement en CDD.

...

Et puis, c'est tellement loin de Paris - même pas l'Île-de-France, c'est dire - qu'un sixième du temps quotidien se fera dans les transports en communs et le train.

...

Tout ça pour toucher l'équivalent des Assédic.

...

Mais l'essentiel, c'est de se remettre sur les rails !

Qui sait, peut-être une opportunité à la clé...

Commentaires

  • Bon courage pour ta reprise de boulot...et saches que tu es toujours la bienvenue à la maison !
    A bientôt,
    JF

  • "du temps quotidien se fera dans les transports en communs et le train"


    "Mais l'essentiel, c'est de se remettre sur les rails !"

    CDD à la sncf ?
    :-#
    l'année commence bien pour toi
    bises

  • L'Anglaise et moi sommes contents pour toi;te connaissant si ce n'est pas en voiture tu sauras utiliser ces trajets.

  • Bravo pour ton job ... et très belle année 2009 Gwordia !

  • Non, mais l'on peut effectivement se demander si mon travail ne sera pas voyageuse.
    Ca commence pas trop mal, il est vrai... même si c'est quand même loin d'être la panacée.
    Bonne année à toi.
    Biz.

  • Merci à tous les deux.
    Sûr que je vais avoir du temps plus qu'il n'en faut pour lire, encore, toujours.

  • Merci. Excellente année à toi aussi BritBrit !

  • I'm keping my fingers crossed for you.

  • "Ou ma vie de rédactrice en quête d'épanouissement professionnel (chômeuse quoi)."

    T'aurais dû ajouter : "qui ravale son orgueil et qui fait du billet sponsorisé pour remplir le caddie de courses". Parce qu'on en est toutes là (je parle des rédactrices chômeuses) et que yanamare de devoir se justifier sur ces putains d'articles sponso !!

    Voilà, je la ramène, je gueule et je suis même pas chez moi. Quelle mal élevée je fais...

  • Merci Mary mais... retour à la case départ ! Ou plutôt nulle part...

  • C'est clair que ça saoule les réflexions "tu sais, tu fais vraiment trop de sponso, ça fait fuir le lectorat, ça te pète tes stats et donc ta crédibilité" de la part de gens qui, bien évidemment, n'ont qu'une représentation mentale de la dèche.

    J'ai d'ailleurs une idée de note genre "je me prostitue sur le net et alors ?". non seulement je réglerai mes comptes avec la France geek d'en haut et en plus, je ferai exploser mes visites avec un titre pareil ;-)

    Tiens, ça me renvoie à ta note "pédophiles sur le web". Moi aussi ça me fait flipper des fois les requêtes qui mènent à mon blog... La veille de ta note, il y a eu sur LCP Public Sénat un reportage intitulé "Cyberflics contre cyberpédophiles". Je ne sais pas si tu l'as vu. Je n'ai personnellement chopé que les 10 ou 15 dernières minutes : l'interrogatoire d'un de ces détraqués. Rien que ça m'a donnée envie de vomir...

    Pour conclure cet interminable commentaire : pas de manières, rroohhh, tu gueules quand tu veux !

Les commentaires sont fermés.