Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homme sweet Homme

Parce que, où que les yeux se posent, tout n'est que désespoir, échec, souffrance, la question reste de savoir si le monde est devenu terriblement difficile ou si, comme toute fin de race, l'Homme du XXIe siècle est devenu trop faible pour supporter, tout simplement, la vie.

statue homme.jpg

Commentaires

  • L'homme n'est pas devenu trop faible pour supporter sa vie, mais la société qu'il a créé...
    ...quand à poser ses yeux sur la souffrance, d'autres belles choses sont disponibles. Juste les trouver et "savoir les apprécier" !...

    Mais je suis d'accord, globalement, ça part quand même bien en couille un peu partout...

  • une prochaine espèce en voie de disparition ?
    la théorie se tient..

  • Mais la société créée par l'homme et dans laquelle il vit, même si elle n'est pas "la vraie vie", est le contexte, la réalité et donc la vie.
    Quand aux belles choses... Vaste débat... Je pense qu'on peut les enlaidir dans un état d'esprit un peu négatif mais que d'une manière générale, on ne se force pas à apprécier les choses et que si on les enlaidit, c'est qu'elles sont pas dans le feeling à la base... Enfin bref, compliqué. Peut-être en ferai-je un billet...

  • Non seulement elle se tient, mais elle se vérifie chaque jour davantage.
    Mais après tout, la nature n'est qu'un vaste organisme qui met tout en œuvre pour se débarrasser des parasites et elle a bien raison.

  • la nature n'est pas un organisme qui est censé se débarrasser des parasites, mais de poser un équilibre...
    la société, oui est un vaste organisme qui met tout en œuvre pour se débarrasser des parasites...
    mais en fin de compte, qui sont les vrais parasites ??

  • La Nature peut-être considérée mais pas la société qui n'est qu'une invention humaine.
    Et pour la Nature, le parasite et bel et bien l'Homme.
    D'un point de vue de la société, les parasites diffèrent selon les interlocuteurs. Mais toutes les considérations ne sont que le fruit de conditions individuelles. Pour le riche, le parasite est le pauvre. Pour le pauvre, le parasite est le riche. Naturellement, certaines versions sont plus plausibles que d'autres... Mais du point de vue de la Nature, les hommes, indifféremment de leurs conditions, sont une menace pour son équilibre. Hormis les tribus primitives qui regroupent les trop rares derniers Humains.

Les commentaires sont fermés.