Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et le bébé était cuit à point de Mary Dollinger

bébé.jpgJacques André éditeur - 61 pages

Quatrième de couv' : Blanche, sous l'emprise d'une mère indigne et d'un prince qui se veut charmant, travaille dans une entreprise agro-alimentaire dirigée par un ogre. Sa vie est morne, la solitude la ronge. Puis elle croise un chat, botté, et tout devient possible. Lorsque vous aurez lu ce court roman, vous ne porterez plus le même regard sur les chats en général, et le vôtre en particulier. Un conte cruel, écrit par une humoriste à l'anglaise mais d'une tendresse toute française, qui vous rappellera ce qui s'est toujours raconté depuis la nuit des temps : les hommes et les femmes s'aiment, mais ne savent ni le montrer ni le démontrer. Quand au bébé, sa cuisson reste une affaire bien délicate.

Après m'avoir gentiment fait parvenir ses deux premiers romans Au secours Mrs Dalloway et Journal désespéré d'un écrivain raté, Mary Dollinger m'a envoyé son petit numéro trois. J'aurais aimé pouvoir en faire une critique parfaite. Malheureusement, je ne peux que m'extasier sur le style et les multiples interrogations post-lecture qui ont le mérite d'être bien loin de l'indifférence. Car entre relation complexe mère-fille, symbolique de la castration et félinité mystique, je dois bien avouer qu'à l'instar d'Endiablade de Mikhaïl Boulgakov et de La course au mouton sauvage d'Haruki Murakami, des clés m'échappent, me donnant la nette impression d'atteindre les limites de mon intelligence.

Je ne peux que me réjouir du fait que, d'une manière que je n'avais pas a priori envisagée, je vais contribuer malgré tout au plaisir de l'auteur et de ses lecteurs plus érudits que moi. Alphonse Allais ne disait-il pas :

Il faut être trois pour apprécier une bonne histoire : un pour la raconter bien, un pour la goûter et un pour ne pas la comprendre. Car le plaisir des deux premiers est doublé par l'incompréhension du troisième.

Mary, si tu veux bien me pardonner et me faire part de tes éclairages, je les attends avidement.

Commentaires

  • Tu es totalement pardonnée ! Pour des éclairages, cela va être difficile ! Le clefs, encore plus ... Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris moi-même. Le plus simple est de passer chez cathulu

  • Je ne connais pas cet auteure, mais je sens que je ne vais pas tarder :)

  • Ah ah, je ne m'attendais pas à une telle réponse ;-) Je suis passée chez Cathulu sans rien trouver mais à partir de Google, j'ai obtenu quelques éclairages. Encore merci pour ton indulgence !

  • Nous attendons tes commentaires ;-)
    Au fait, tu avais fait le papier sur ta rencontre avec Jardin ?

  • Charlotte,je viens de mettre des liens permanents sur ta note concernant Mary,ça ne marche pas,bises

  • mille excuses,ma faute à moi,bonne journée

  • Ah ah ah, sacré Alain. Ravie de constater que tout à l'air d'aller bien pour toi.
    Bises.

  • merci de ta sollicitude,oui,la bête est dure etrécupère vite Bises

  • Et c'est parfait comme ça ! Bises à vous deux.

  • Je l'ai trouvé juste à point moi ...
    élégant et espiègle, dans une langue légère qui sait être un peu féroce, un peu drôle, un peu fantastique, un peu tendre, toujours amusée...

  • J'aime beaucoup l'analyse que tu en as faite qui éclaire mes "interrogations" plutôt que mes "déceptions". Ce n'est pas que je n'aime pas la littérature fantastique mais j'ai un esprit par trop rationnel pour la comprendre vraiment :)

  • Je ne sais pas si je vais comprendre mais vous m'intriguez et le titre me plait beaucoup :)

  • Alors mission accomplie ! Bonne lecture :)

Les commentaires sont fermés.