Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique écolière #4

Ou comment l'art de manipuler mes détracteurs m'a conduite à me laver régulièrement les oreilles.tige.jpg

Oui, oui, vous oyez bien.

J'étais alors en CM2.

Le CM2, c'est la dernière année où tout écolier peut encore se permettre d'être un enfant tout en devant commencer à agir comme un grand. Ainsi, mes parents avaient estimé que les principes de propreté inculqués jusqu'alors étaient des acquis relevant de ma responsabilité, n'ayant plus de raison d'être supervisés.

C'est donc fière de ces nouvelles dignités... que j'oubliais consciencieusement d'opérer le nettoyage de mes esgourdes. Oui car l'enfant, même petite fille modèle, est un peu sale parfois... Tant et si bien qu'au bout de quelques jours de production cérumineuse sauvegardée, j'eus le déplaisir, alors que l'institutrice nous faisait mettre en rang dans le couloir, d'être interpellée par mon voisin arrière qui s'esclaffait haut et fort de la tonne de miel que j'avais dans les ruches.

Etre un enfant ne signifie pas être insensible. C'est ainsi que mortifiée par la révélation publique de ma négligence et par l'outrecuidance de l'intervention cavalière de mon délateur, l'instinct de survie de mon image publique et probablement mes ascendances médecines me poussèrent à découvrir les usages de la mystification. J'ai appris ce jour-là qu'une situation a priori désavantageuse n'est jamais définitivement perdue.

De mon air le plus contrit, j'ai sonné le glas des ricanements alentour en déclarant que c'était vraiment pas sympa de se moquer de quelqu'un qui devait supporter l'impitoyable Nature lui imposant d'éprouver des otites à répétition. Et la compassion de se faire à mon égard et les regards fustigateurs de crucifier le dindon de ma farce.

Je n'avais pas omis pour autant d'avoir une conscience. Pour avoir crapuleusement sauvé les apparences, je décidais de faire amende honorable en prenant la résolution de ne plus omettre le récurage de mes conduits auditifs.

Depuis, je vais régulièrement me faire retirer des bouchons chez l'ORL qui se tue à me répéter que le coton-tige est une aberration à bannir de la salle-de-bain...

Commentaires

  • "Les conduits auditifs, toujours tu briqueras", commandement n°24 de la mère à sa crado de gosse ^^

  • Pour mémoire, peux-tu me rappeler les 23 premiers commandements ?
    :o)

Les commentaires sont fermés.