Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le combat ordinaire de Manu Larcenet

Editions Dargaud

combat1.jpgcombat2.jpg
combat3.jpgcombat4.jpg

Décidément, Manu Larcenet n'a pas son pareil pour faire de l'autobiographie romancée à peine dissimulée. En parallèle de la fantastique série Le retour à la terre, où il aborde ses problèmes existentiels de manière légère et drôle, l'on retrouve dans la série Le combat ordinaire, comme le fait John Irving dans son oeuvre, des sujets récurrents ; en l'occurrence des angoisses comme la peur de l'engagement ou la panique de devenir père. Mais cette fois-ci, Larcenet nous dresse un auto-portrait plus vrai parce que plus profond. La tonalité grave, perfectionnée au fil des albums, érige un quasi nouveau genre : la philosophie illustrée alliant la Dessin à la Pensée. Parfois, la bande dessinée comble ses lacunes rédactionnelles par de magnifiques illustrations. Ici, il n'en est rien. Le texte est aussi riche que le trait, le style est transcendé et c'est ce qui en fait une grande oeuvre.

Commentaires

  • j'ai beaucoup aimé , moi aussi ,le combat ordinaire... comme vous le dites si bien , la philosophie illustrée alliant le Dessin à la Pensée ; et beaucoup de psychologie également ...
    Dans un genre similaire, il y a le très beau "Pilules Bleues " de frederik peeters aux éditions Atrabile , poignant ...

  • Qu'il est rare que j'ai des commentaires sur mes chroniques littéraires, donc merci. Merci car vous me faites doublement plaisir en me donnant une recommandation dont je suis férue et ce d'autant plus dans le domaine de la BD que je ne connais que peu. Je ne connais pas Peeters, mais je peux vous promettre qu'il fera bientôt partie de ce blog !

  • troize

  • Peur du grand saut vers l'inconnu, peur d'être heureux parce que le bonheur ne dure jamais, peur de vivre tout simplement... Larcenet a véritablement su retranscrire avec talent ses propres angoisses pourtant si universelles.
    Si cette nouvelle forme de philosophie ne te laisse pas insensible, je ne saurais que trop te conseiller de dévorer le Journal de mon Père de Jiro Taniguchi, particulièrement empreint de nostalgie, lequel m'a réellement émue du fait de la justesse de ses observations...
    Te voici avec une nouvelle piste de lecture, mais si tu en souhaites davantage, tu peux me faire signe, je t'en proposerais volontiers !

    Très bonne continuation pour ton blog, toujours pertinent !

  • Merci à toi ! Je note donc cette recommandation et n'hésiterai pas à venir glaner de nouveaux conseils si je suis séduite !

Les commentaires sont fermés.