Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique de l'effort #18

Ou ma vie d'enfant de choeur.

Le lecteur fidèle ne manquera pas de s'interroger sur l'origine du fossé séparant l'enfant modèle de la pécheresse auteur de la Chronique amoureuse. Comment peut-on passer de l'ouaille fidèle à la brebis égarée ? De l'incarnation de l'innocence à la représentation du stupre et de la fornication ? D'un personnage exemplaire à une personnalité décriée ?

Et bien tout simplement parce que je n'ai jamais été ouaille fidèle, ni innocente. Pas plus qu'exemplaire. Petite dernière de la famille et donc sacrifiée sur l'autel de la dévotion, j'étais la dernière personne à "vouloir" accompagner ma maman à la messe, dont le prêtre me sollicita un jour pour mettre à profit ma gueule d'ange. La bonne action s'étant vue récompensée par vingt francs empruntés au denier du culte, il ne fallut pas me prier beaucoup pour me faire revenir chaque dimanche.

Et oui, à l'image de mes notes sponsorisées, déjà vénale !

Sauf si l'on considère que la critique peut-être, malheureusement de plus en plus chaque jour, supplantée par le fait que tout le monde n'est pas à l'abri du besoin...

NB : le rôle d'enfant de choeur était normalement réservé aux petits garçons, mais à l'aune du XXIe siècle, la paroisse souhaitait montrer sa volonté de se moderniser... sur des sujets fondamentaux, convenons-en... 

Les commentaires sont fermés.