Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique de l'effort #16

Ou ma vie de chercheur d'emploi.

Comme tout travailleur alimentaire, mon boulot est un asservissement volontaire bien nécessaire pour payer mes factures, compulsions et autres crédits. Mais quand le consensus d'avec le négrier, de surcroît dans le cadre d'une activité éminemment ennuyeuse menée dans le dilettantisme le plus généralisé, se transforme en foutage de gueule avéré, l'idée est de prendre la poudre d'escampette et de changer de M'ame Scarlett.

Tu l'auras donc compris, je suis en quête active et idéalement bien sûr d'un travail grâce auquel je ne vivrais plus la sonnerie de mon réveil comme celle du glas quotidien. Que n'ai-je un bas de laine me permettant de démissionner à mon gré ? Chimère, quand tu nous tiens...

Non, le plus fâcheux dans l'histoire est qu'au fil de ma prospection se dessine de plus en plus clairement ma problématique personnelle contextuelle. Désormais, l'Entreprise recherche des professionnels multicasquette. Hors, moi, niveau compétences, je suis plutôt du genre haut-de-forme au singulier.

La question étant : pourquoi, au regard du fait qu'aujourd'hui, une seule et même personne assure les fonctions remplies par une voire deux si ce n'est trois professionnels distincts par le passé, les salaires n'ont pas suivi cette exponentialité ? Oui, servilité, j'oubliais...

PS : cela étant dit, si je décompose, en vérité vraie, je suis polyvalente. Je suis rédacteur, concepteur, secrétaire de rédaction/d'édition, correcteur, assistante hors pair... et je suis sûre que tu connais quelqu'un qui a besoin de moi ! Z'êtes bien urbain.

Commentaires

  • Mon dernier commentaire sur ta précédente note confirmera ce que tu penses !
    Bizzz et bon courage !!!!!

    Fred

  • Ah oui, moi j'ai une idée mais je te dirais pas... trop bêcheuse je pense.

  • Et moi j'ai dans l'idée que tu n'as aucun sens du second degré...

Les commentaires sont fermés.