Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique amoureuse #8

Allez savoir pourquoi, les jeunes filles sont toujours attirées par des hommes plus âgés. Vous conviendrez, Messieurs qui vivez plutôt difficilement cette rubrique, que j'ai fait preuve d'un ménagement compatissant à votre égard en n'avançant pas un énième argument captieux qui prétendrait qu'il s'agit là d'une inclination toute naturelle, la maturité masculine étant bien plus longue à éclore.

J'avais donc dix-sept ans, lui vingt-neuf et, au regard de cet écart générationnel en la matière indécent, le plus bête des deux était bien celui que l'on croit, la suite du récit tendra à le prouver.

Ce presque vieillard du haut de la fin de mon adolescence n'avait pour commencer pas beaucoup d'humour. Le susceptible avait été offusqué par la taquinerie de ma chère soeur qui, aide-soignante de son statut et prédisposée aux panaris, lui avait gentiment fait don de l'un de ses doigtiers (ndlr - petit gant de doigt qui ressemble à s'y méprendre à un préservatif version nourrisson) en lui formulant le sage conseil de ne pas oublier de nous protéger. Mais à cette époque peu expérimentée de mon existence, j'avais tendance à prendre pour des détails ce qui m'apparaît aujourd'hui comme des impératifs, en l'occurrence, second degré et subtilité. J'avais de fait très innocemment fait fi de ce présage que j'interpréterais désormais illico comme un signal d'alarme loin d'être secondaire.

De ma désespérante confiance, je continuais donc à m'investir dans cette relation mort-née augurable qui donna rapidement le jour à une princière et romantique invitation de l'irritable et inimitable gentleman à un dîner exotique dans un cadre hors du commun : kebab dans sa voiture allemande sur les bords de l'Yonne. Pas fine bouche pour un sou et maladivement capable de trouver de quoi m'émerveiller en toute situation - à cette époque si besoin est de faire une piqûre de rappel -, je m'extasiais sur la pleine Lune et accumulait les inepties pour combler le manque de conversation de mon cavalier. C'est là que cher lecteur et surtout chère lectrice, tu vas t'apercevoir qu'une niaiserie peut te sauver la vie. Alors que je monologuais inlassablement, je me mis à prétendre que mon rêve pour l'an 2000 serait d'aller trinquer sur le satellite terrestre. Croyant un instant avoir dégoté le sujet de conversation ayant raison de la léthargie de mon champion du monde hors compétition, mon désenchantement fut immédiat quand celui-ci me retorqua d'un outrageux aplomb : "T'es conne où quoi ?" Lui demandant d'étayer quelque peu sa théorie, l'érudit me répondit qu'il fallait vraiment que j'arrête de me faire des films, que c'était pas possible vu que tout le monde sait que la Lune, c'est comme les nuages, c'est du gaz et que donc - oui, parce qu'il avait malgré tout un certain sens de la logique -, ben on pouvait pas marcher dessus. L'évocation de 1969 et de Neil Armstrong ne trouva pas plus d'écho dans le trou noir supermassif de l'univers cérébral de cette cervelle de moineau ayant grandi, je le souligne, en France, où l'école est obligatoire jusqu'à 16 ans.

J'avais dix-sept ans, lui vingt-neuf. Donc.

Conne, dixit, mais pas irrécupérable, je compris tout de suite que ses prétentions chevaleresques seraient à jamais limitées : il ne me décrocherait jamais la Lune. De cet instant date mon irrévocable décision de l'éloigner de mes orbites et de le propulser à jamais dans le vide intersidéral.

NB : l'on peut également déduire que les hommes plus âgés ne satisfont les fantasmes quasi oedipiens des jeunes filles que parce que les femmes démasquent trop vite leur stupidité. 

Commentaires

  • Faut pas généraliser. bon là tu es tomber sur un sacré numero

  • ton histoire est très bien retranscrite ; et je reconnais que bcp de mes copines sont attirées par des mecs un plus agés... c'est vrai, je fais le mm constat !
    A +

  • cette image d'une lune gazeuse, c'est assez joli, plein de poésie, un foulard vaporeux pour les étoiles.
    jcl

  • Absolumment vrai!!

  • moi j'avais 16 et elle 37 et j'étais tres ému et tres impressionné… un excellent souvenir

  • on se tape de ces cons quand on est ado! heureusement, ça dure pas (enfin presque) :-)

  • mais ça aurait aussi pu arriver avec quelqu'un de ton âge...cela dit, il aurait eu l'excuse d'avoir séché les cours d'histoire géo!

  • à toutes les xx, je suis plus âgé que vous et je sais que la lune est un gros caillou, rv derrière l'église.

  • oderik : je ne te le fais pas dire !

    Ibid Norio : merci beaucoup ! mais les garçons ne sont pas en reste me semble-t-il en matière d'attirance des personnes d'expérience...

    jcljulien : c'est la seule chose qui ne soit pas de moi... merci quand même.

    Kimberley : rassure-moi, tu ne parles pas de la composition de notre satellite ? :o)

    yoyostereo : ravie d'avoir ravivé cette douce souvenance.

    les400clics : oui... presque... :o)

    sarmentanne.blog : c'est pas faux !

    laspirateur : à toi seul xy, le romantisme fait partie intégrante de la connaissance basique requise...

  • cette histoire me fait mourir de rire!

  • a posteriori moi aussi ! mais sur le moment, bof bof...

  • je suis passee par hasard, qu'est-ce qu'elle me fait rire ton histoire!
    Merci!

  • J'en suis contente. C'est vrai qu'a posteriori, c'est drôle... Et triste à la fois ;)

Les commentaires sont fermés.