Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique amoureuse #5

Et puis il y a les mauvais coups.

Alors bien sûr, il y a les inévitables micro et macro pénis qui sont aussi désagréables l'un que l'autre, chacun dans son genre.

Plus rare mais malheureusement réel, il y a le coudé. Et entendons-nous bien, je ne parle pas du membre vaguement tordu mais véritablement du coudé, genre angle droit, dont le frottement est plus irritant que stimulant.

Sans compter, pour ceux dans la norme, les esthétiques aussi diverses que variées... parfois rebutantes...

Mais si le critère physique peut rapidement être évalué, genre juste à temps pour échapper au pire parce que figure-toi que je viens de me rappeler qu'aujourd'hui, je peux pas, j'ai migraine, il y a l'aspect pratique dont les défaillances ne peuvent être jaugées que pendant l'utilisation... parfois à notre grand dam.

Alors bien sûr, il y a les inévitables précoces et marathoniens qui sont aussi désagréables l'un que l'autre, chacun dans son genre.

Et puis, il y a le beauf du sexe. Celui-là est le mauvais coup par excellence, entendez le plus fréquent. Généralement, il a grandi au film X. Il veut changer de position toutes les dix secondes, il a très (trop) rapidement le verbe graveleux, il n'est pas suffisamment subtil pour faire la différence entre mordiller et mordre ce qui a par exemple pour conséquence de t'affubler d'une poitrine de schtroumpf pour les soixante-douze heures à venir et surtout, il te demande une fois le labeur achevé, toujours d'un ton qui sous-entend que seule l'affirmative sera tolérée, si tu es heureuse. Cela dit, le timide qui te demande systématiquement, l'air inquiet, si tu as joui, est tout aussi lourd puisque lui aussi exige implicitement l'affirmative sous peine de se suicider.

Et puis... et puis... (maman, pardon).

Mais en tout cas, quel qu'il soit, quelles que soient sa forme ou ses pratiques, le pire de tous est celui qui refuse de sortir emballé sous prétexte que lui, il est clean, c'est sûr et qu'il a profondément confiance en toi et que de toutes façons, il y arrive pas avec, ça lui coupe tout et il sent rien. Celui-là, c'est une tête de bite qui doit se soumettre ou aller se faire mettre... du moment que c'est couvert.

Allez, on répète tous ensemble : on sort toujours couvert, on sort toujours couvert, que ce soit l'été, que ce soit l'hiver. Parce que le plastic, c'est fantastique, le caoutchouc super doux. Demain, journée mondiale de lutte contre le sida.

Commentaires

  • Oh putain… (si les français ne bandent plus ce sera un peu de ta faute) (si si)

  • Roooohhhhh :-D Et ben si ça peut leur permettre de se remettre un petit peu en question, j'assume.
    Naturellement, vilaine que je suis, je n'ai même pas pensé à rendre hommage à tous les bons coups, qui existent bel et bien. Mea culpa et VIVE LES BONS COUPS !

  • et t'as oublié celui qui baise à tout va et qui se dit clean... t'inquiète cocotte t'as rien à craindre, pas besoin de capote ! fais confiance !
    biosuxxx

  • coudée? coudée?! ptin j'ai jamais vu. les angles droits. Les a 180°. Les entre les deux. Les qui penchent à babord, ou à tribord. Mais coudées, ça, non?!

  • Expériences traumatisantes ??
    ;)

    c'est marrant que l'on parle le même jour toutes les deux du même sujet.. En plus je ne savais même pas que c'est demain (enfin aujourd'hui puisque la note date d'hier) la journée mondiale du sida... Ignorante que je suis, je vais me cacher... => bouh


    Pour ceux que ça intéresse... (pas pour faire de la pub, juste pour faire écho à ton article -enfin à son ouverture- )

    http://astral-light-soul.hautetfort.com/archive/2007/11/30/jo.html

  • les 400clics,mais si "les coudés ça existe,ça s'appelle même la maladie de Lapéronie (nodule scléreux d'un coté qui empêche la "droititude" pas plus amusant pour l'un que pour l'autre!
    Cette affection se voit aussi à la main oû elle potre le nom de Maladie de Dupuytren (rétraction progressive des 4 et 5ièmes tendons fléchisseurs,donnant des doigts recroquevillés) et aux pieds où elle s'appelle maladie de Lederer...

  • Bah non, je l'ai pas oublié.
    Bisouxxx.

  • Comme on dit, les grands esprits se rencontrent :o)

  • Merci Alain, je n'avais pas été fichue de trouver les termes scientifiques.

  • c'est bien plus drôle comme tu le dis toi!

  • Whouaf Whouaf Whouaf C'est dingue comme dès que ça parle de bite on a envie de cliquer sur "faire un commentaire".
    Je n'ai jamais personnellement croisé de "coudée" de ma vie. Mais je peux témoigner de la micro bistouquette, celle que l'on branle entre le pouce et l'index, un peu comme une clope... Génant pour tout le monde.

  • Ptdr ! Oui, heureusement, certaines particularités restent exceptionnelles. Et pour la situation que tu décris, effectivement, voilà un cas de figure où je pense que chaque femme espère, une fois n'est pas coutume, la précocité. Ne dit-on pas que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures :o)

  • hé bé (té) ! vous semblez en connaître du monde, vous...

  • Oui, il faudra que je développe dans ma chronique de l'effort mon passé d'urologue :o)

  • horreur ! tout cela rappelle un calcul de la mort à mon zizi

    à l'époque l'urologue avait les traits de david cronenberg, brrr...

  • et bien je pense que tout le monde est navré pour toi...

  • quand plus haut je disais que tu semblais connaître du monde j'étais loin du compte

Les commentaires sont fermés.