Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique d'une ambivalente #11

Quand on me côtoie, on sait que je suis quelqu'un d'exigeant avec les autres - à peu près autant qu'avec moi-même, ce qui n'est pas peu dire -, que j'ai la langue bien pendue et la critique facile. De manière catégorique, je passe pour une langue de pute aussi blasée que cynique.

Quand on me connaît, je suis exigeante, critique, blasée et cynique... et toujours déçue qu'on me donne raison d'être telle que je suis. Parce que la vérité, c'est que la vile laideur est partout, qu'elle prend toutes les formes possibles et que sous mes airs de "revenue de tout", je suis une naïve mille fois désenchantée mais désespérément incurable.

Commentaires

  • on dirait moi .... avant.

    Oui, mais avant quoi ?

    Je crois qu'un jour j'ai vu la lumière (si si) et depuis, j'ai choisi de ne voir que ce qu'il y a de beau, quant au reste, j'en rigole.

    En fait, je suis juste devenue une langue de pute rigolote, parce qu'au fond, on ne peut pas changer !

  • Alors... Moi qui ne te connais pas... je peux affirmer que ce n'est absolument pas vrai. Pour le peu que j'en ai vu, perçu, ressentit, palpé, non, pas palpé, tu dégages quelque chose de tout à fait : serein, attentionné, généreux, enfantin mais profondément intélligent, bref un charme doux et discret.
    Désolée de te briser menu ta tentative de Trash'attitude mais "critique", "cynique" et "langue de pute" ne me viennent pas à l'esprit quand je me ballade sur ton blog.

  • On dirait moi... maintenant...
    Moi j'ai cru entrevoir la lumière mais en fait, c'était une illusion d'optique. Mais j'aimerais bien y croire de nouveau.
    En réalité, je crois que pour ceux qui savent comment la gérer, cette ambivalence nous rend plus "riche" et effectivement comme le dit Fanny, ce que tu perçois toi comme étant du cynisme, du critique, n'est jamais autre chose qu'une sorte de recul ironique, de l'intelligence aussi sûrement, le tout croisé à une sensibilité pudique, je crois que c'est plus que charmant. Faut pas laisser les autres t'en faire douter.

  • Ah mais je sais rester vachement drôle :o)

  • Ouaouw ça c'est vachement sympa et j'aime à penser que tu as raison... Mais la vérité c'est que le blog nous permet de montrer la facette qu'on veut bien et mon venin est plus oral que rédactionnel... quoiqu'en ces temps difficiles, la tonalité tourne à l'aigri... Enfin bref, tout ça pour dire que je suis déçue, déçue, déçue et que l'optimisme de gens positifs comme toi n'est pas de trop. Merci.

  • Ouais, chez certains c'est les antibiotiques et chez moi ce sont les illusions d'optique qui sont systématiques :o) En tout cas, comme à Fanny, merci !

Les commentaires sont fermés.