Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Arpents d'Alan Wildsmith

Editions Castor Poche Flammarion

Un été aux arpents (212 pages) : Quand la famille quitte la ville pour habiter une vieille ferme, les trois aînés se réjouissent à l'idée d'explorer le territoire des Arpents, au milieu de la forêt canadienne. Mais John va faire une découverte étrange dans la cabane de la propriété. Paula et David rient d'abord de ses craintes, puis vont, à leur tour, être gagnés par l'inquiétude : des traces mystérieuses sont découvertes dans les herbes, des bruits étranges retentissent dans la nuit... Comment les enfants réussiront-ils à percer le secret de la vieille cabane ?

Un hiver aux Arpents (219 pages) : John, David et Paula ont retrouvé vide la vieille ferme des Arpents. Leurs parents sont bloqués en ville... Plus de nourriture dans les placards... Joe l'Indien, parti en expédition emprunter des vivres aux plus proches voisins ne revient pas... La tempête de neige fait rage. Des chiens sauvages assiègent la maison. Les enfants ont faim, les enfants ont peur. Comment se défendre des chien ? Et puis qu'est-il arrivé à Joe ? Comment lui porter secours ?

Les Arpents sur le sentier de la guerre (189 pages) : Tout le monde n'est pas d'accord sur le tracé de la nouvelle autoroute. Chacun juge selon son intérêt personnel. John, qui suit la discussion des adultes avec le point de vue de ses 12 ans, trouve qu'il est trop peu question de ses amis les Indiens et de leurs érables à sucre. Comment John et les siens aideront-ils les Ojibwas, ces Indiens de la tribu de Joe (qui fait presque partie de la famille), à défendre leurs droits ?

945fb2c6eceb7fc407eaba7fb54c3f25.jpgfa24fd36feb80a53b200d45ee9b4e4a1.jpg9ca26fdeb6ac7bdd4290163d486387b8.jpg

J'ai du lire cette série - qui n'a, à mon grand regret, plus du tout les mêmes couvertures qu'avant - vers l'âge de 8 ou 9 ans... C'est dire si ça remonte ! Ces ouvrages pour enfants restent chers à mon coeur - et à celui des éditeurs manifestement - pour trois bonnes raisons :

  • ils m'ont été offerts par mon regretté cousin dont les choix étaient toujours d'une justesse incroyable,
  • ils représentent la première oeuvre conséquente (plus de 600 pages !) que j'ai engloutie le temps d'un week-end,
  • enfin et surtout, ils sont le fruit d'un travail d'écriture (Alan Wildsmith) et d'illustration (Yves Beaujard) exceptionnel dont le résultat est une histoire originale, captivante, bourrée de suspens, propice au rêve et au goût pour l'aventure.

Commentaires

  • Ça a l'air vraiment pas mal comme histoires.
    Je suis sûre que ça ouvrirait vingt fois plus l'imagination des enfants que tout autre émission de TV bidon ou autre console de jeux.
    Mais bon rien n'est perdu, jusqu'à douze ans je n'ai pas lu grand chose, puis je me rappellerai toujours de mon premier livre, "De la terre à la lune" de Jules Vernes.
    Dès lors, des mondes imaginaires n'ont plus cessé de d'envahir mes rêves.

    Bon week-end Miss ;-)

  • Vraiment bien même ! Je les ai relus il y a quelques temps et le plus fascinant est que cette relecture a provoqué une véritable réminiscence des ressentis de mon moi-enfant rêvant de vivre d'aussi captivantes et intrépides aventures. Je remercie mes parents d'avoir veillés au quota télévisuel et d'avoir refusé d'acheter une console pendant très très longtemps.
    Bon courage pour la reprise ! Gooozzzz...
    Biz :o)

  • Merci Miss !
    Trés fort, tu parles de réminiscence ? A peine avais-tu écrit quota télévisuel, que déjá j'étais redevenu un gosse.
    Le Poste de TV avec une trappe d'accès aux boutons fermée à clef et mon unique émission hébdomadaire autorisée, passant à deux vers l'age de 13 ans.
    Par contre, même avec peu de moyens, ma mère s'est toujours débrouillée pour remplir la bibliothèque de ma chambre avec des livres achetés ou récupérés chez des grands-mères dont elle s'occupait.
    Quant à avoir une console, même pas la peine d'y penser. Hors de prix, donc peu de cadeaux, mais chacun d'eux avait valeur de trésor.
    Pour info ! Aujourd'hui, toujours pas de télé, je vais chez les pôtes qui en ont une et la regarde peu aussi.
    Bref ! Que du bonheur !

    Grosse bisse Miss ;-)

    Fred

  • Ouais ! Cool, si j'ai pu t'offrir une petite madeleine !
    Okapi, J'aime lire, Je bouquine... Le bon vieux temps où je préférais aller à la bibliothèque qu'aux manèges et où quand ma mère disait "maintenant, on joue", je répondais "on fait de l'écriture ou de la lecture ?"...
    Comme quoi, le conditionnement est indispensable... mais en revanche, j'ai personnellement succombé aux griffes de l'enfer cathodique...

  • Je suis maintenant non sûr le lieu vous obtenir votre info, Mais grande sujet. I doit temps trouver beaucoup plus ou comprendre plus. Merci pour magnifique info I used to be à l'affût d' cette informations pour ma mission.

  • Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris mais ça m'a l'air gentil alors : merci :) Le français est une belle langue mais il paraît que c'est la plus compliquée à apprendre... Bon courage !

Les commentaires sont fermés.