Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique d'une ambivalente #9

D'un côté, j'ai toujours envie de faire plein de choses et de l'autre, je suis un peu flemmarde.cc7a46bcfcde6deb7ec73033001e8085.jpg

Et si multiplier les activités nécessite un minimum d'organisation, je suis naturellement et paradoxalement allergique à la programmation.

A partir de là, il est des tonnes de projets que j'aspire à réaliser mais qui n'échapperont pas à ma dichotomie caractérielle. De l'intention à la réalisation, il n'y a qu'un pas... mais c'est toujours le premier qui coûte.

J'ai donc décidé de transcrire ici mes envies qui vraisemblablement ne se concrétiseront jamais parce que s'il est important de se remémorer ce que l'on a vécu, observé, érigé, détruit... il est également important de se rappeler tout ce qu'on a manqué faute de temps, faute d'argent, faute de motivation...

Le Vertige est une pièce adaptée du livre d'Evguenia Guinzbourg, arrêtée trois fois par Staline en 1928, 1932 et 1937 et condamnée à trois ans de cachot et huit années de goulag. Cette pièce dépeint les interrogatoires d'une quarantaine de femmes par douze tortionnaires, mêlant l'atrocité au burlesque, comme pour dédramatiser l'horreur qui a tué l'auteur et tant d'autres victimes.

Cette pièce, jouée à Moscou sans interruption depuis dix-huit ans (!), continue à combler les spectateurs qui, chaque soir, se lèvent pour crier "Merci !".

Les 11 et 12 septembre au Théâtre de Paris

15, rue Blanche - Paris 9

Motif pour cette fois-ci : pas de sous.

Commentaires

  • dommage... du moins si la pièce est à la hauteur du livre ( j'imagine vu l'engouement )
    Le vertige d' Evguénia Guinzbourg, tu te prend une grande claque.

  • Et bien je prendrai ma baffe... rédactionnelle (!) avec plaisir très prochainement ;-)

Les commentaires sont fermés.